Coronavirus : Avec une saison touristique réussie, Nantes fait figure d'exception

TOURISME Si le tourisme urbain a souffert cette année en France, Nantes a su tirer son épingle du jeu grâce à sa proposition culturelle

Julie Urbach

— 

Une spectaculaire chute d'eau a été installée sur la façade du théâtre Graslin à l'occasion du Voyage à Nantes 2020.
Une spectaculaire chute d'eau a été installée sur la façade du théâtre Graslin à l'occasion du Voyage à Nantes 2020. — F.Brenon/20Minutes
  • « Nantes a été l’une des seules villes à maintenir une offre culturelle aussi importante », assure le Voyage à Nantes.
  • Des œuvres et des expos qui ont attiré une clientèle locale, mais aussi beaucoup de Parisiens.

Moitié moins de visiteurs à la cathédrale de Strasbourg, des « dégâts considérables » chez les professionnels du tourisme en Ile-de-France… Alors que l’épidémie de coronavirus a fortement porté atteinte au tourisme urbain cet été, Nantes semble tirer son épingle du jeu avec « des tendances extrêmement positives », au moins au mois d'août. « Nous faisons plutôt figure d’exception, sachant que c’est la montagne ou la campagne qui ont très bien fonctionné cette année, observe Aurélie Péneau, directrice du développement touristique au Voyage à Nantes. Mais Nantes a été l’une des seules villes à maintenir une offre culturelle aussi importante. »

Décalé d’un mois et un peu adapté, le parcours du Voyage à Nantes (du 8 août au 27 septembre cette année) a réussi son pari, selon les premiers chiffres communiqués ce mardi. Le long de la ligne verte de 12 km, moins de visiteurs allemands ou espagnols, bien sûr, mais beaucoup de touristes des Pays-de-la-Loire et de Bretagne, aidés par des Parisiens venus en force cette année. Aux billetteries du Château des ducs et des Machines, on en a par exemple compté 20 % de plus que l’année dernière ! « Les Belges et les Suisses, déjà très fidèles, ont aussi répondu présents », complète Jean Blaise, directeur du VAN. Ce qui fait dire à son équipe que le mois d’août a été « une bouffée d’oxygène » pour les hôteliers.

Du monde dans les rues et dans les musées

Il faut dire que contrairement aux festivals, forcément synonyme de gros rassemblements, les oeuvres sur l’espace public qui font l’ADN du Voyage à Nantes n’ont pas été si chamboulées par les mesures sanitaires. Succès incontestable de l’été, le rideau d'eau de Graslin a été très apprécié, tout comme le lit à baldaquin flottant ou « Fontaine », dont l’installation au milieu de la place Royale avait pourtant suscité quelques remous

Plus étonnant, les nombreuses expositions ou curiosités à voir en intérieur ont aussi trouvé leur public. « Malgré une jauge limitée, certains lieux ont même fait mieux que l’année dernière, notamment lors de la semaine du 17 au 23 août : +49 % pour le Muséum, + 18 % pour la Hab Galerie… », détaille Jean Blaise. La fréquentation a été également très bonne aux Machines de l'île, qui accusent seulement une baisse de 23 % de fréquentation… pour une jauge réduite de 30 %.

Un dernier week-end festif

De quoi donner des idées à l’équipe du Voyage à Nantes, qui continue de voir les touristes affluer en septembre, notamment les week-ends. Pour l’édition 2021, l’événement qui se termine d’habitude fin août pourrait donc être prolongé de 15 jours…. En attendant, si les conditions sanitaires le permettent, la saison s’achèvera par un week-end festif (du 25 au 27 septembre) avec l’événement des Tables de Nantes le vendredi soir et la Nuit du VAN le samedi.

Là encore, la programmation a été modifiée pour éviter les rassemblements : vendredi, il faudra réserver (dès mercredi) pour faire partie du millier de convives qui dîneront sous les Nefs, à la Cantine du Voyage ou à la nouvelle grande brasserie du Bas-Chantenay. Le lendemain, on pourra visiter une dernière fois le parcours, en nocturne pour l’occasion (la majorité des lieux fermeront à 22 heures ou minuit), avec un éclairage spécial et quelques animations.