Nantes : Lourdes peines confirmées en appel pour les meurtriers de Romain Barré

JUSTICE Des peines de 15 à 23 ans de réclusion criminelle ont été prononcées ce mardi, par la cour d’assises d’appel de Rennes, contre les meurtriers de l’agent immobilier nantais

Frédéric Brenon

— 

Marche blanche en hommage à Romain Barré, le 22  octobre 2016 à Nantes.
Marche blanche en hommage à Romain Barré, le 22 octobre 2016 à Nantes. — S.Salom-Gomis/Sipa
  • Romain Barré avait été tué en centre-ville de Nantes le 27 septembre 2016.
  • Trois accusés ont été condamnés ce mardi à 23, 17 et 15 ans de prison ferme.
  • Les peines de la cour d’assises d’appel sont les mêmes qu’en première instance.

Le verdict vient de tomber. Jugés coupables du meurtre de Romain Barré, deux hommes âgés de 23 ans et 20 ans ont été condamnés ce mercredi à 23 et 17 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises d’appel de Rennes, annonce ce mardi soir l’un des avocats des parties civiles à la sortie du procès qui se tenait à huis clos.

Ces deux accusés avaient reconnu le meurtre de l’agent immobilier nantais, attaqué et étranglé dans sa voiture garée en centre-ville de Nantes, le 27 septembre 2016. Son corps avait ensuite été jeté dans la Loire, non loin du Hangar à bananes. Le crime avait suscité une vive émotion dans la Cité des ducs.

Quinze ans pour la jeune complice

La troisième accusée, une jeune femme aujourd’hui âgée de 22 ans, a été condamnée à 15 ans de prison pour complicité. Le soir du drame, elle accompagnait les deux hommes, dans une autre voiture, mais a toujours affirmé ignorer l’homicide de Romain Barré.

C’est elle qui avait réclamé la tenue d’un nouveau procès en appel après avoir écopé de 15 ans de prison le 17 septembre 2019 par la cour d’assises de Loire-Atlantique. Les deux principaux accusés avaient, quant à eux, été condamnés à 23 ans et 17 ans de réclusion criminelle en première instance.

Ce mardi, la cour d’assises d’appel de Rennes a donc confirmé l’ensemble des condamnations prononcées un an plus tôt. « La culpabilité des accusés a été confirmée, c'est ce que nous voulions, réagit Me Loïc Cabioch, avocat du père de Romain Barré. Le discours de Cécile Le Cornu [condamnée à 15 ans de réclusion] n'a manifestement pas convaincu les jurés. Mon client espère maintenant pouvoir tourner la page de ce douloureux épisode judiciaire. »