Coronavirus en Loire-Atlantique : Le masque va devenir obligatoire dans cinq villes (dont Nantes et Saint-Nazaire)

EPIDEMIE L'obligation entrera en vigueur samedi matin et ne concernera pas les cyclistes ni les sportifs

Frédéric Brenon

— 

Le masque est obligatoire dans les rues du centre-ville de Nantes.
Le masque est obligatoire dans les rues du centre-ville de Nantes. — L.Venance/AFP
  • L’ensemble des villes de Nantes, Saint-Herblain, Saint-Sébastien-sur-Loire et Bouguenais est concerné.
  • L’obligation de port du masque s’étend aussi à Saint-Nazaire.
  • Les cyclistes, sportifs et personnes handicapées, bénéficient d’une dérogation.

L’épidémie de Covid-19 poursuit sa progression en Loire-Atlantique. Le taux d’incidence vient même de franchir le cap symbolique de 50 nouveaux cas positifs pour 100.000 habitants (57,5 pour 100.000 très exactement). Une nouvelle étape qui devrait pousser les autorités à classer la Loire-Atlantique en zone rouge, dite « zone de circulation active » du virus, au même titre qu’une trentaine de départements français.

Sans attendre, le préfet Didier Martin a décidé ce jeudi, en concertation avec les maires, d’étendre l’obligation de port du masque sur l’espace public. La mesure entrera en vigueur samedi matin à 8 h.

Cinq villes se distinguent

Choisies au regard des derniers chiffres de circulation de virus recueillis par l’agence régionale de santé (ARS), quatre villes sont concernées dans la métropole nantaise : Nantes, Saint-Herblain, Saint-Sébastien-sur-Loire et Bouguenais. L’obligation s’appliquera à l’ensemble de leur territoire.

La ville de Saint-Nazaire fera également l’objet d’une large extension du périmètre où le port du masque est obligatoire (certaines zones feront toujours exception).

Le taux d’incidence de ces communes est compris entre 70 et 110 pour 100.000 habitants, précise le directeur de l’ARS, Jean-Jacques Coiplet. « L’obligation du port du masque doit être perçue comme une invitation à la prudence et à la vigilance », justifie-t-il.

Cyclistes et sportifs pas concernés

L’obligation, valable à partir de l'âge de 11 ans, ne concernera pas les cyclistes et sportifs, précise le préfet. Les personnes en situation de handicap bénéficient également d’une dérogation. « Ces mesures sont réversibles. Si la situation évolue dans le bon sens, comme nous l’espérons, nous reviendrons à des prescriptions moins contraignantes », promet le préfet de Loire-Atlantique. « C’est surtout par l’autodiscipline de chacun, y compris dans les lieux privés, qu’on sera efficace », suggère le Dr Pierre Blaise, directeur du projet régional de santé.

A Nantes, le masque était déjà obligatoire dans les quartiers les plus fréquentés de la ville depuis le 14 août. A Saint-Nazaire, il l’était depuis le 17 août.