Coronavirus à Nantes : WeVan, leader français de la location de vans aménagés, croule sous la demande depuis l'épidémie

VOYAGES L'activité du loueur basé près de Nantes décolle depuis le déconfinement. Et les réservations pour l'arrière-saison sont déjà prometteuses

Frédéric Brenon

— 

Augustin Bouyer, cofondateur de WeVan, prépare un van Volkswagen California.
Augustin Bouyer, cofondateur de WeVan, prépare un van Volkswagen California. — F.Brenon/20Minutes
  • La société WeVan propose la location de vans aménagés pour quelques jours ou plusieurs semaines.
  • Son chiffre d’affaires a fortement progressé depuis la crise sanitaire du Covid-19.
  • Les réservations pour septembre et octobre sont également en nets progrès.

Elle fait partie des gagnants inattendus de la crise sanitaire. La société WeVan, leader français de la location de vans aménagés, croule sous les demandes depuis la sortie du confinement​. Alors que de nombreux professionnels du tourisme ont passé un été morose, l’activité de l’entreprise basée à Saint-Herblain près de Nantes s’est, au contraire, envolé : + 45 % en juillet, + 58 % en août, + 100 % en septembre, par rapport à l’an passé. Même le mois de juin, pourtant handicapé par des restrictions de déplacements, s’est affiché en progrès (+9 %).

« Le marché se portait déjà bien mais le déconfinement a accéléré notre croissance de manière significative », confirme Augustin Bouyer cofondateur de WeVan. « Avec le van, on maîtrise son voyage, développe-t-il. C’est à la fois une voiture et une maison qui vous appartient. On s’y sent en sécurité et on est autonome. On peut adapter son itinéraire, rentrer s’il le faut. Beaucoup de clients nous ont dit qu’ils voulaient le faire depuis longtemps mais qu’ils n’osaient pas franchir le pas. Le contexte particulier aura finalement servi de déclencheur. »

« Une expérience qui sort de l’ordinaire »

WeVan se réjouit d’autant plus que l’engouement pour la « vanlife » semble jouer les prolongations. La preuve : les réservations pour octobre sont d’ores et déjà en hausse de 78 % par rapport à 2019. « Le rapport aux voyages évolue, constate Augustin Bouyer. D’ordinaire, notre saison s’arrête avec la fin de l’été. Là, il y a une clientèle différente, qui n’est pas contrainte par le retour des enfants à l’école, qui étire ses départs. Ça offre des perspectives nouvelles pour notre secteur. »

Moins imposant et plus maniable qu’un camping-car, le van serait prisé par des touristes de tous âges mais « un peu plus aventureux, cherchant l’itinérance hors des sentiers battus ». « C’est une tendance de fond. De plus en plus de gens souhaitent vivre une expérience qui sort de l’ordinaire, souvent au contact de la nature. Le van permet ça. Il oblige aussi à un mode de voyage plus frugal parce qu’on a peu de place, peu de bagages, peu d’énergie », considère le cofondateur du loueur.

Doubler les agences d’ici à deux ans

Les clients de WeVan sont plutôt aisés puisque les tarifs oscillent entre 500 et 1.000 euros la semaine pour un véhicule récent de deux à cinq couchages.

Lancée il y a 10 ans, l’entreprise herblinoise, qui emploie 30 salariés actuellement, prévoit de recruter à nouveau ces prochains mois. Elle ambitionne aussi de passer de 15 agences (dont 13 franchises) à une trentaine en France d’ici à deux ans.