Nantes : Les embouteillages du quai de la fosse divisent cyclistes et automobilistes

TRANSPORTS Les bouchons sont sévères en bord de Loire depuis la réduction, cet été, de voies automobiles au profit des vélos et bus

Frédéric Brenon

— 

Une voie bus-vélo (au centre) et une voie cyclable ont été ajoutées quai de la fosse, au détriment de voies automobiles.
Une voie bus-vélo (au centre) et une voie cyclable ont été ajoutées quai de la fosse, au détriment de voies automobiles. — F.Brenon/20Minutes
  • Une nouvelle voie cyclable a été ajoutée, dans chaque sens, sur le quai de la fosse. Une voie partagée bus-vélos a également été créée.
  • Le secteur, déjà congestionné d’ordinaire, est la proie à de sérieux embouteillages depuis la dernière semaine d’août.

Depuis une semaine, les embouteillages ont fait un retour très remarqué autour du quai de la Fosse et du pont Anne-de-Bretagne à Nantes. Le secteur, déjà réputé pour sa congestion, semble la proie à des bouchons plus sévères que d’ordinaire, en particulier le matin. La faute à une réduction des voies automobiles pendant l’été : une voie cyclable a été créée dans chaque sens, une voie partagée bus-vélos a aussi été tracée. Des nouveautés motivées par le «  plan d’actions piéton-vélos » de la mairie.

« L’objectif est d’apaiser la circulation et de sécuriser les modes actifs, justifie Simon Citeau, adjoint (EELV) au maire de Nantes. Le quai de la Fosse avait besoin d’une réelle alternative vélo car les bords de Loire sont très empruntés par les piétons. Il était aussi important d’aménager une voie pour la ligne de bus n°11, déviée depuis la fermeture de la rue Jean-Jacques Rousseau, ainsi que pour les véhicules d’urgence. »

« On a mis la charrue avant les bœufs »

La mesure, soutenue par l’association Place au vélo, est appréciée des cyclistes, même si ceux-ci sont encore relativement peu nombreux à utiliser les nouvelles voies délimitées à la peinture jaune. « Avant, accéder au quai de la Fosse était hyper dangereux, ça frottait de partout. On se sent plus à l’aise maintenant. Ça va probablement encourager ceux qui hésitaient à se lancer », défend Bruno, qui habite à Chantenay. « Je suis passé au vélo il y a un an justement pour éviter les embouteillages, je ne vais pas m’en plaindre », rigole Jean-Michel, de Saint-Herblain.

Les automobilistes, eux, font une lecture bien différente. « C’est une catastrophe : une heure d’un point A à un point B au lieu de 20-25 minutes habituellement », peste Randy. « C’est à se demander si ces aménagements ne sont pas faits pour dégoûter les gens de venir en ville », renchérit Stéphanie. « On a quand même mis la charrue avant les bœufs dans toute cette histoire ! Pas besoin d’avoir fait Science Po pour savoir que diviser les voies allait mettre un bazar monstre et ne lutterait évidemment pas efficacement sur le trafic routier déjà très dense à Nantes », insiste Audrey.

« Il faut laisser le temps à l’évaluation »

« Supprimer deux voies d’un coup, en plein milieu de l’été, dans un secteur déjà compliqué, c’est un peu brutal, confirme Emmanuel Danais, délégué départemental de l'Automobile club de l'Ouest. On a l’impression que les automobilistes sont un peu considérés comme la peste. On oublie que la plupart n’ont pas le choix de prendre leur voiture ou non. On regrette, par ailleurs, de n'avoir pas été consultés. »

L’adjoint au maire rappelle qu’il ne s’agit que d’une expérimentation. « On sera attentifs aux conséquences sur le trafic, promet Simon Citeau. Mais il faut laisser le temps à l’évaluation. ». Il conclut, sans perdre de vue l’objectif municipal : « La rentrée est aussi une période propice pour adopter de nouveaux comportements, comme changer de mode de déplacement. »