Nantes : Le port du masque devient obligatoire dans certains secteurs à partir de vendredi

EPIDEMIE Les secteurs concernés sont l’hypercentre, ainsi que les bords de l’Erdre et les parvis de la gare

Frédéric Brenon

— 

La rue Jean-Jacques Rousseau à Nantes, piétonne et donc très fréquentée pendant l'été
La rue Jean-Jacques Rousseau à Nantes, piétonne et donc très fréquentée pendant l'été — F.Brenon/20Minutes

Le port du masque en extérieur s’impose petit à petit dans toutes les grandes villes. Et après Nice, Lille, Paris, Marseille ou Rennes, le masque de protection contre le Covid-19 sera également obligatoire dans certains secteurs de Nantes, annoncent ce mercredi soir la ville de Nantes ​et le préfet de Loire-Atlantique. Une décision prise au regard de « l’augmentation régulière du taux d’incidence et de l’admission de nouveaux cas au CHU ».

L’obligation prendra effet vendredi et concernera l’hypercentre, les bords de l’Erdre, les parvis nord et sud de la gare ainsi que les marchés de plein air.

Une carte a été établie pour préciser les rues concernées. L’hypercentre soumis à l’obligation s’étend du château des ducs de Bretagne à la place Graslin. Les bords de l’Erdre, eux, s’étirent du quai Ceineray au pont de la Motte-Rouge.

La carte du centre-ville de Nantes représentant les rues où le port du masque sera obligatoire à partir du 14 août.
La carte du centre-ville de Nantes représentant les rues où le port du masque sera obligatoire à partir du 14 août. - Ville de Nantes

« L’intérêt de tous »

« Dans l’intérêt de tous, le préfet et la maire de Nantes, présidente de la métropole, appellent les habitants à respecter ces mesures pour lutter contre la propagation du virus et ce afin de stopper le rebond en cours de l’épidémie. Même dans les endroits moins fréquentés et non concernés par cette obligation, il est également recommandé de porter un masque », déclarent Claude d’Harcourt et Johanna Rolland.

Le non-respect de cette obligation est puni de l’amende prévue pour les contraventions de 4e classe soit 135 euros et, en cas de récidive dans les 15 jours, d’une amende prévue pour les contraventions de 5e classe soit 1.500 euros.