Nantes : Le parc des Naudières change de propriétaire et dévoile des ambitions aquatiques

LOISIRS Racheté cet hiver, le parc d’attractions de Sautron rouvre ses portes samedi au public. Et dévoile des nouveautés qui préfigurent l'avenir

Frédéric Brenon

— 

Le fameux Pentagliss du parc des Naudières.
Le fameux Pentagliss du parc des Naudières. — Wikiparks
  • Le parc des Naudières, à l’ouest de Nantes, rouvre ses portes le 27 juin.
  • Ses nouveaux propriétaires souhaitent moderniser le site créé en 1971.
  • Des nouvelles attractions sont déjà créées. Des installations aquatiques vont suivre.

 

Il accueille en moyenne 150.000 visiteurs par an. Mais ouvre d’ordinaire dès les vacances scolaires de printemps. Le parc des Naudières, à Sautron, à l’ouest de Nantes, recevra de nouveau le grand public à partir de samedi. Une reprise forcément particulière puisque le contexte sanitaire impose quelques contraintes : masque obligatoire sur le roller coaster, jauge limitée sur certaines attractions, fermetures des piscines à balles, files d’attente étalées…

« On s’est donné le temps de bien préparer les choses, rassure la direction. On a la chance de disposer d’un grand site (5 ha) qui facilite la distanciation. On veut aussi garantir la bonne humeur avec des animateurs déguisés qui rappelleront les consignes en mettant l’ambiance. »

« On veut en faire un lieu de détente balnéaire »

La réouverture sera aussi particulière dans la mesure où ce sera la première du tout nouveau propriétaire, le groupe Wikiparks, déjà gestionnaire du parc Aquatic-Landes en région Nouvelle-Aquitaine. « Les Naudières sont un parc emblématique de l’agglomération nantaise, très apprécié des familles, avec un esprit convivial un peu à l’ancienne, décrit Arnaud Coste, président du groupe. Mais il a été créé en 1971, il commençait à vieillir sérieusement. On veut renforcer son attractivité en le modernisant et en lui donnant une nouvelle orientation balnéaire. »

S’appuyant sur son expérience passée, Wikiparcs prévoit d’ajouter progressivement des installations aquatiques (toboggans, jets, pataugeoires…). Une plage de sable blanc de 1.000 m2, aménagée ces dernières semaines, préfigure déjà cette évolution. « On veut en faire un lieu de détente balnéaire pour Nantes. Une étape sur la route des plages. On y croit beaucoup. »

Objectif : 100.000 visiteurs supplémentaires par an

Le projet prévoit l’investissement d’au moins deux millions d’euros en deux ans. Près de la moitié de la somme a déjà été dépensée. « En plus de la plage, on propose dès cette année quelques nouveautés : un espace de grimpe-aventure avec des filets, un espace de jeux en bois, et une mini-ferme pédagogique avec des animaux typiques de la région. » Si tout va bien, les nouveaux propriétaires tablent sur une fréquentation en croissance de 10 à 15 % par an sur les cinq années qui viennent. Objectif : grimper à 250.000 visiteurs d’ici 5 ans. Le calendrier d’ouverture devrait s’étendre, notamment en débordant jusqu’aux vacances de la Toussaint.

Les tarifs ont été « réajustés », entre 0,50 et 1 euro supplémentaire, selon la catégorie d’âge (de 11 à 15 euros l’entrée). Et devraient à nouveau augmenter quand le parc aura développé ses installations. « On ne voulait pas aller au-delà cette année compte tenu du contexte particulier », justifie Arnaud Coste.