Fête de la musique à Nantes : Quinze personnes interpellées après une soirée mouvementée

FAITS DIVERS Les manifestants réclamaient « justice pour Steve » et diffusaient de la musique techno

F.B.

— 

Des manifestants derrière un camion diffusant de la musique techno, dimanche soir à Nantes.
Des manifestants derrière un camion diffusant de la musique techno, dimanche soir à Nantes. — S.Salom-Gomis/AFP

Peu de temps après la vibrant hommage rendu à Steve Maia Caniço ce dimanche après-midi à Nantes (Loire-Atlantique), plusieurs centaines de personnes ont recommencé à déambuler dans les rues en suivant un camion diffusant de la musique techno. L’objectif était double : réclamer une nouvelle fois « justice pour Steve » et organiser, à l’occasion de la Fête de la musique​, une sorte de teknival itinérant faute d’avoir obtenu l’autorisation de se poser en ville.

La manifestation étant interdite par la préfecture en raison du « risque de troubles à l’ordre public » et du « risque de contagion », les forces de l’ordre ont repoussé les participants à plusieurs reprises, que ce soit en centre-ville puis sur l’île de Nantes. La situation, parfois tendue, s’est répétée jusqu’à minuit environ.

Des poubelles ont été incendiées, du mobilier urbain a également été endommagé. La police a usé de gaz lacrymogènes à de nombreuses reprises. Au total, 15 personnes ont été interpellées, dont le conducteur d'une camion sono qui a forcé un barrage de gendarmerie, rapporte la police nationale.

Trois policiers ont été légèrement blessés par des jets de projectiles. Un motard s'est fracturé l'épaule lors d'une chute de moto au cours d'une interpellation, selon la police.