« Un état des lieux sans tabou »

Recueilli par Guillaume Frouin - ©2008 20 minutes

— 

Des réunions se tiennent avec les élus locaux au sujet du réseau de bus. Quel est leur but ?

Nous sommes dans une phase de recensement des attentes des citoyens. Jusqu'au 18 décembre, cinq grandes « conférences territoriales » sont donc organisées. Une synthèse sera faite en janvier-février, et une nouvelle offre proposée au conseil communautaire de mars.

Quel regard portez-vous sur le réseau actuel ?

Si on exclut les lignes Express et ChronoBus, certaines lignes présentent un bilan mitigé, avec des vitesses aléatoires et une fréquentation qui chute de mois en mois. On réfléchit donc à restructurer ce réseau-là.

Dans quel sens ?

Il faut peut-être éviter de faire une desserte trop dans le « porte-à-porte ». Elles sont aussi peut-être trop calées sur les horaires des scolaires, qui ne correspondent pas forcément aux nouveaux rythmes de vie des usagers. Si cela leur fait gagner du temps, certains usagers préfèrent prendre leur vélo ou se rabattre sur un parking-relais, pour ensuite prendre le tram. Il ne s'agit donc pas de supprimer des lignes, mais de les redessiner.

Pourquoi cette remise à plat s'opère-t-elle maintenant ?

Nous sommes en début de mandat. Il est normal de faire un état des lieux avec la Semitan, sans tabou ni complaisance. De plus, le Plan de déplacements urbains 2000-2010 arrive à échéance. Un nouveau document stratégique pour les quinze ans à venir doit être adopté.