Une charte à consommer sans modération, surtout la nuit

- ©2008 20 minutes

— 

Une centaine de personnes, représentant commerçants, patrons de bars, étudiants, parents d'élèves, professionnels de santé, responsables d'établissements ou élus, se sont réunies hier soir pour signer la toute nouvelle charte de la vie nocturne de la ville de Nantes. Dernier volet du plan municipal de lutte contre l'hyperalcoolisation, ce texte engage tous ces acteurs sur sept points : sensibiliser aux risques, favoriser la consommation de boissons non alcoolisées, inciter l'utilisation d'éthylotests, relayer les campagnes de prévention, faciliter le retour à domicile en toute sécurité, renforcer la vigilance sur la vente d'alcool aux mineurs, et associer une action de prévention à chaque soirée étudiante organisée.

« C'est une charte d'intention, elle sera évaluée sur trois ans pour voir si les comportements évoluent. Tous les signataires ont envie de garder à Nantes une vie nocturne festive et animée. Mais tous ont aussi compris qu'il fallait traiter le problème d'alcoolisation massive », explique Jean-Marc Ayrault. « On était hier les grands satans, nous apprécions aujourd'hui d'être associés à cette démarche car nous sommes bien sûr préoccupés par le phénomène », indique Philippe Quintana, président départemental de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (UMIH). Le plan alcool de la mairie a été mis en oeuvre il y a un an.

F. B.