Coronavirus en Pays-de-la-Loire : « La circulation du virus est extrêmement faible », constate l’ARS

EPIDEMIE Un mois après le déconfinement, la circulation du Covid-19 est en régression en Pays-de-la-Loire

Frédéric Brenon

— 

Des tests de PCR de coronavirus (illustration).
Des tests de PCR de coronavirus (illustration). — A.Hielard/AFP
  • Plus de 41.000 dépistages ont été effectués depuis le 11 mai en Pays-de-la-Loire.
  • Le taux d’incidence des cas positifs diminue, de même que le taux de positivité des tests.
  • Les gestes barrière et la distanciation sociale demeurent toutefois essentiels, insiste l’ARS.

Certes, le Covid-19 est « toujours présent dans notre territoire » et il est prématuré de crier victoire. Mais les derniers indicateurs de propagation du virus en Pays-de-la-Loire sont rassurants, a révélé mardi  l'agence régionale de santé. Quatre semaines après le déconfinement, le taux d’incidence régional est en baisse (4,2 cas pour 100.000 habitants sur les sept derniers jours cumulés). Le taux de positivité des tests (1,54 %) diminue également alors que plus de 41.000 dépistages ont été effectués depuis le 11 mai. Même déclin concernant le volume de patients se présentant aux services d’urgence ou chez SOS médecins pour une suspicion de Covid-19.

Quant aux hospitalisations en cours liées au coronavirus, elles passent sous la barre des 300 et la majorité d’entre elles concerne désormais des soins de suite. Quatorze personnes sont en réanimation dans les hôpitaux de la région, alors qu’elles étaient près de 200 deux mois plus tôt.

Neuf clusters sous surveillance

« On a franchi un pas important, analyse le Dr Pierre Blaise, directeur du projet régional de santé en Pays-de-la-Loire. La circulation du virus est extrêmement faible. La première phase de déconfinement n’a pas déclenché de nouvelle vague et, s’il y a bien quelques clusters, on peut considérer qu’on maîtrise ce qui se passe. » Pierre Blaise reste toutefois prudent. « Nous ne savons pas combien de temps va durer cette situation peu intense. On aborde de nouvelles phases de déconfinement. Les vacances d’été pourraient être propices à une nouvelle promiscuité. C’est pour ça qu’il convient de maintenir toute notre vigilance. »

Neuf foyers de contamination sont toujours sous surveillance, rapporte l’ARS. Dont trois nouveaux : une école à Saint-Gilles-Croix-de-Vie (Vendée), un foyer de jeunes handicapés (Loire-Atlantique) et des mineurs étrangers non accompagnés dans l’agglomération nantaise.

Au total, depuis février, 771 personnes sont décédées du coronavirus en Pays-de-la-Loire, dont 316 dans des Ehpad ou foyers pour personnes en situation de handicap.