Nantes : « La vue était magique »… Le bar terrasse Le Nid, qui ne rouvrira pas, manque déjà aux Nantais

FIN D'UNE EPOQUE La fermeture de l'« oeuvre bar », qui avait ouvert en 2012 au 32e étage de la tour Bretagne, suscite de nombreuses réactions et fait remonter des souvenirs

Julie Urbach

— 

Situé en haut de la tour Bretagne, le Nid offre une vue à 360° sur la ville
Situé en haut de la tour Bretagne, le Nid offre une vue à 360° sur la ville — Archives F. Elsner/20 Minutes
  • Alors que la tour Bretagne va fermer pour au moins six ans, le célèbre bar situé en son sommet ne devrait pas survivre à cette période de travaux.
  • Un coup dur pour de nombreux Nantais et touristes, qui s’y sont succédé depuis 2012 pour boire un verre et surtout profiter de la vue.

« Oh non, c’est vraiment dommage… ». Depuis l’officialisation de la nouvelle, beaucoup de Nantais ne cachent pas leur déception. Alors que la tour Bretagne va fermer ses portes dès le 30 juin pendant au moins six ans pour une restauration totale, son célèbre bar, Le Nid, situé au 32e étage ne devrait pas survivre à cette transformation. « On aurait aimé une autre fin, pouvoir au moins marquer le coup », avoue son patron, Eric Warin. Fermé « jusqu’à nouvel ordre » en raison des mesures de confinement, ce bar terrasse  très connu des Nantais et des touristes ne devrait pas rouvrir, même pour quelques jours, s’il en a la possibilité de le faire comme les autres bars le 2 juin. L’équipe a été remerciée.

Le 19 juin 2012, installŽ en haut de la tou de Bretagne, le cafŽ le Nid offre une vue sur toute la ville.
Le 19 juin 2012, installŽ en haut de la tou de Bretagne, le cafŽ le Nid offre une vue sur toute la ville. - Fabrice Elsner/20 minutes

« Vu d’en haut, c’est toujours plus beau »

Ouvert en 2012 à l’occasion du Voyage à Nantes, l'« oeuvre bar » aura donc accueilli plus de 2,5 millions de visiteurs ou touristes, venus boire un verre mais surtout contempler la ville, de jour comme de nuit, à 360 degrés et à plus de 100 m de haut. « La vue était magique, écrit une internaute, qui a répondu à l’appel à témoignage lancé sur la page Facebook de 20 Minutes Nantes. Vu d’en haut, c’est toujours plus beau. Le Nid est pour moi mon endroit incontournable que je fais découvrir à mes amis qui découvrent Nantes. » « Personnellement j’y ai emmené une amie grenobloise qui ne connaissait pas du tout la région, raconte Delphine. C’était l’occasion de découvrir ou re-découvrir les édifices nantais et sa géographie. » « Une belle vue pour expliquer que l’Erdre passait le long du cours des 50 otages », illustre Elie.

En interrogeant nos lecteurs, chacun a son petit souvenir quand on évoque le Nid, et ce même si la montée était devenue payante (1 euro) en 2015. « Avec ma nièce quand elle avait 6-7 ans nous cherchions les œufs sur les toits tout autour, c’était son moment préféré, confie Jérémy, l’un de nos lecteurs. Je n’ai pas encore osé lui annoncer la fermeture de la tour ! » Si les Nantais semblent plus partagés sur l’ambiance du bar en lui-même, la majorité estime que le lieu manquera. « C’est un succès populaire incontestable, estime Eric Warin. Le Nid a provoqué un élan affectif pour la tour et pour Nantes, que l’on pouvait voir évoluer de tout là-haut. C’est aussi un lieu qui contribuait à l’économie touristique et culturelle, sans aucune subvention. Un millier de contrats ont été passés avec les artistes musiciens qui sont venus jouer. »

Le Nid offre une superbe vue sur Nantes
Le Nid offre une superbe vue sur Nantes - S.Salom-Gomis/Sipa

Déplacer le bar ?

S’il fait déjà partie du passé pour certains, d’autres ont du mal à croire à sa disparition. Comme Nawall, qui s’interroge sur notre page Facebook : « le bar ne pourrait-il pas être déplacé ailleurs ? » Si Eric Warin ne veut pas d’un « ersatz », Jean Blaise, le directeur du Voyage à Nantes, ne ferme pas la porte. Au moins pour sauver le mobilier en forme de cigogne et d’oeufs, réalisés par l’artiste Jean Jullien, qui faisait aussi la renommée du lieu.

« Est-ce qu’on transpose ailleurs tous ces objets, toutes ces installations qui ont été pensées pour cet endroit-là ? Est-ce qu’on tourne la page ?, s’interroge Jean Blaise, qui a demandé un délai pour pouvoir s’organiser. Allons-nous attendre six ans pour que la tour Bretagne rouvre ? On n’a pas répondu à toutes ces questions. » Laurent, lui, en est sûr : « il faut une renaissance de ce lieu ». « Je n’habite pas Nantes, je suis loin de ma ville de coeur, mais celle-ci doit retrouver son phare, écrit cet internaute. Cet endroit incroyable où l’on embrassait du regard toute la ville. »