Nantes : La consommation d’alcool et les pique-niques interdits en centre-ville et aux bords de l’Erdre

EPIDEMIE L’interdiction, qui porte également sur les regroupements statiques de personnes, est valable jusqu’au 10 juillet

Frédéric Brenon
— 
Des personnes profitent du soleil sur les pelouses du quai de Turenne à Nantes
Des personnes profitent du soleil sur les pelouses du quai de Turenne à Nantes — F.Brenon/20Minutes

Si la promenade dans les jardins publics ou au bord de l’eau est à nouveau autorisée à Nantes, le préfet de Loire-Atlantique s’inquiète des regroupements de personnes observés ces derniers jours le long de l’Erdre et en centre-ville à la faveur du beau temps. « Il a été constaté que des dizaines de personnes se regroupaient sur les berges de l’Erdre, sur les cours Saint-André, Saint-Pierre et Sully, et sur différents sites de la ville de Nantes, sans respecter les distances de sécurité et les recommandations sanitaires », déplore-t-il.

« Il a également été établi que la consommation d’alcool sur la voie publique était à l’origine de regroupements massifs d’individus sur une zone rapprochée contraire aux mesures barrière et à la distanciation sociale prévue dans le cadre de la prévention contre le Covid-19 », ajoute-il.

Sur les berges, les quais, les cours…

Pour remédier à la situation, un arrêté préfectoral interdisant la consommation d’alcool, les pique-niques et les regroupements statiques de personnes a été adopté. L’interdiction est valable l’après-midi et le soir, tous les jours, jusqu’au 10 juillet inclus. Elle concerne les berges de l’Erdre du pont Morand au pont de la Jonelière, les quais de Versailles, Barbusse et Ceineray, les cours Saint-Pierre, Saint-André et Sully, le square du Marquis-de-Saffré.

Un peu plus loin de l’Erdre, le square Daviais, le quai de Turenne, le parvis Neptune et le square Mercœur sont également concernés. Étonnamment, les berges de l’île de Nantes, prisées des étudiants, sont, pour l’instant, exclues de l’interdiction.