Déconfinement en Pays-de-la-Loire : « Entre 40 % et 50 % d’élèves de retour en classe », prévoit le rectorat

ECOLES Le recteur de l'académie de Nantes se dit inquiet pour les élèves en décrochage scolaire

Frédéric Brenon

— 

Des enfants de métiers prioritaires accueillis en classe pendant le confinement, ici à Saint-Aubin-du-Cormier (Ille-et-Vilaine).
Des enfants de métiers prioritaires accueillis en classe pendant le confinement, ici à Saint-Aubin-du-Cormier (Ille-et-Vilaine). — JF.Monier/AFP

Comme prévu, la réouverture aux élèves des écoles maternelles et élémentaires se déroulera mardi ou jeudi, selon les communes. La reprise des enseignements en classe s’effectue sur la base du volontariat des familles. Tous les parents étaient invités à faire connaître leur choix ces derniers jours. Combien d’enfants sont donc volontaires pour revenir la semaine prochaine en Pays-de-la-Loire ?

« Entre 40 et 50 % », a répondu vendredi le recteur de l’académie de Nantes. Un taux qui semble arranger l’organisation des établissements puisque les effectifs en classe devront être fortement réduits afin de limiter les risques de propagation du virus. Mais le rectorat a aussi fait part de son inquiétude quant au décrochage des élèves les plus en difficulté.

« Une catégorie d’élèves qu’on a perdue »

« Le retour de l’école, même différemment, c’est une priorité sociale pour nous, insiste William Marois, recteur d’académie. Malgré le développement des moyens numériques, il y a une catégorie d’élèves non équipés qu’on a perdue de vue. Il y a aussi des élèves qui ont pu se connecter et qui, assez vite, ont décroché de l’enseignement à distance. Ces élèves-là ont besoin, plus que les autres, d’une présence humaine pour les accompagner et les motiver. » Le rectorat déplore néanmoins « un volontariat de retour à l’école plus faible dans les quartiers les plus défavorisés ».

Sur l’ensemble de la région Pays-de-la-Loire, seule une vingtaine de communes ne rouvrira pas les écoles en raison de locaux inadaptés aux nouvelles mesures ou de réticences des élus. « Dans ce cas, l’enseignement se poursuivra à distance », a précisé William Marois.

La rentrée des collèges (6e et 5e d’abord) s’effectuera à partir du 18 mai.