Déconfinement en Pays-de-la-Loire : Plages, sentiers, zoos, centres commerciaux… Ce qui pourra rouvrir (ou pas) la semaine prochaine

BOL D'AIR Le préfet des Pays-de-la-Loire a fait plusieurs annonces concernant les modalités du déconfinement à partir de lundi

Frédéric Brenon

— 

Le front de mer et la plage de La Baule, pendant le confinement.
Le front de mer et la plage de La Baule, pendant le confinement. — S.Salom-Gomis/AFP
  • La réouverture des plages est possible à titre dérogatoire.
  • Certains zoos et parcs de loisirs pourront retrouver du public.
  • Les grands centres commerciaux Atlantis et Atoll sont toujours dans l'attente d'un éventuel feu vert.

Le préfet des Pays-de-la-Loire, Claude d’Harcourt, a tenu ce vendredi midi une conférence de presse afin de préciser les dernières modalités du déconfinement dans cette région désormais relativement épargnée par le coronavirus (tous les départements sont classés verts). Outres les écoles et les transports, quelles sont les activités qui pourront reprendre ? A quelles conditions ? Plusieurs annonces ont été faites, même si des inconnues demeurent.

Feu vert sous conditions aux plages

C’était probablement l’annonce la plus attendue. Et elle devrait ravir un grand nombre d’habitants et d’élus. Comme en Bretagne, le préfet s’est déclaré favorable à la réouverture des plages, lacs et plans d’eaux. A titre dérogatoire. « Le principe demeure l’interdiction. Mais des dérogations seront possibles à la demande des élus. » En Loire-Atlantique, quatre communes ont déjà déposé une demande de réouverture : Saint-Nazaire, La Baule, Pornichet et Saint-Brévin-les-pins. En Vendée, les Sables d’Olonne ont fait de même. « Nous examinons ces demandes, précise le préfet. Nous sommes en train de définir les mesures qu’il faudra respecter pour que ces réouvertures se fassent sans risque sanitaire. » On sait déjà qu’il sera possible de parcourir la plage mais pas de « rester statique » ou de « se prélasser ». Quant à la date de réouverture, « nous rendrons une réponse dès que possible », indique Claude d’Harcourt. Pas sûr donc que les premières plages soient réaccessibles dès le 11 mai.

Oui aux berges, sentiers et aux activités nautiques

Interdits d’accès depuis fin mars, les sentiers côtiers et esplanades de front de mer pourront à nouveau être empruntés à partir de mardi, tout comme les berges de Loire et de cours d’eau, annonce le préfet. Les maires auront toutefois la « responsabilité de mettre en œuvre des arrêtés de bonne gestion de ces lieux ». « Sur un chemin côtier étroit, il ne faudrait pas qu’il y ait d’aller-retour. C’est plus facile à dire qu’à faire », prévient le préfet. Quant aux activités nautiques et à la navigation de plaisance, elles seront  réautorisées dès lundi. Il en sera de même pour les jardins publics (hors aires de jeux).

Oui mesuré aux zoos et parcs de loisirs

Les parcs de loisirs et parcs animaliers sont autorisés à rouvrir à partir de la semaine prochaine seulement s’ils sont en capacité de mettre en place des mesures adaptées pour protéger le public. Il faudra, par exemple, s’assurer d’une distanciation sociale et de la fluidité de la circulation. « Les autorisations seront adaptées selon la taille, la situation. Nous allons étudier ça avec attention », promet le préfet. Plusieurs sites ont déjà reçu un feu vert préfectoral, à l’image du Bioparc de Doué-la-Fontaine, du zoo de la Boissière-du-doré ou de Legendia parc à Frossay. Le zoo de La Flèche et le safari-parc Planète sauvage n’ont pas encore fait d’annonces. Le Puy du Fou, parc à thème le plus visité de France derrière Disneyland, est, lui aussi, dans l'attente.

Suspense pour les centres commerciaux Atlantis et Atoll

Les commerces non essentiels, les grands magasins et les galeries marchandes sont autorisés à ouvrir dès lundi en prenant des mesures adaptées, comme la limitation des flux. Deux grands centres commerciaux ne sont toutefois pas fixés sur leur sort : Atlantis à Saint-Herblain près de Nantes, et l’Atoll à Beaucouzé près d’Angers. « Leur rayonnement est important et dépasse largement leur agglomération. Il faut mesurer l’impact sur la zone de chalandise. Le gouvernement ne veut pas de transfert massif de population », explique le préfet. Une réunion de travail concernant ces deux sites se tient ce vendredi après-midi. « Une décision sera prise avant la fin du week-end », promet Claude d’Harcourt.