Coronavirus en Loire-Atlantique : Un site Internet commun pour acheter les produits des commerçants, artisans et producteurs locaux

ECONOMIE Une « market place » commune aux commerçants et artisans de Loire-Atlantique sera lancée en début de semaine

Frédéric Brenon

— 

Une fromagerie pendant la crise du coronavirus (illustration).
Une fromagerie pendant la crise du coronavirus (illustration). — P.Guyot/AFP
  • Les commerçants, artisans et producteurs locaux sont invités à vendre leurs produits sur une plateforme Internet commune.
  • Celle-ci sera hébergée par le prestataire national Mavillemonshopping.fr.
  • Le projet a été accéléré en raison de la crise du Covid-19.

Le projet était dans les cartons depuis plusieurs mois. La crise provoquée par le coronavirus a finalement accéléré sa concrétisation. Une « market place » accessible à l’ensemble des commerçants (alimentaires ou non) mais aussi artisans et producteurs de Loire-Atlantique sera lancée en début de semaine prochaine, annonce la chambre de commerce et d’industrie (CCI), qui pilote le projet. Ce site Internet marchand permettra aux professionnels d’exposer en ligne une sélection de produits et d’en proposer la vente 24h/24 via un paiement en ligne.

C’est la plateforme nationale Mavillemonshopping.fr du groupe La Poste qui a été choisie comme prestataire. L’acheminement des produits s’effectuera soit par un retrait similaire aux « drives », soit par une livraison à domicile. Les livreurs seront des employés du groupe La Poste. Ils circuleront à vélo dès que possible.

« Dans cette période de confinement où de très nombreux commerces de proximité sont fermés ou fonctionnent en mode très dégradé, il était impératif d’engager
sans délai une action d’envergure », justifie la CCI, qui mobilisera 35 collaborateurs pour accompagner les futurs inscrits. La démarche est soutenue par Nantes métropole, la Carène, le conseil départemental et la région Pays-de-la-Loire.

« Sauver les chiffres d’affaires »

L’association Plein centre, qui réunit les commerçants du centre-ville nantais, voit l’initiative d’un très bon œil. « C’est un outil qui va permettre de donner de la visibilité aux commerces. C’est particulièrement important en ce moment pour sauver les chiffres d’affaires. Mais, même après la crise, je suis convaincu que l’e-commerce peut apporter beaucoup au niveau local », défend Olivier Dardé, son président.

Dans un premier temps, l’inscription à Mavillemonshopping.fr est gratuite pour les professionnels. A la sortie de la crise sanitaire, la plateforme prendra une forme territorialisée et des commissions (environ 5 %) seront demandées à chaque commerçant inscrit.

« On aurait tort de ne pas s’adapter »

« Pour un commerçant indépendant, être sur la toile, c’est indispensable », insiste Stéphanie Durand, présidente de l’association Saint-Nazaire Shopping. Elle parle en connaissance de cause. Une soixantaine de boutiques nazairiennes étaient déjà référencées depuis plusieurs mois sur Mavillemonshopping.fr.

« Ça permet de mieux servir ses clients, de gagner en visibilité, de toucher de nouveaux consommateurs… C’est comme avoir une deuxième boutique en fait ! Les modes de consommation ont changé, on aurait tort de ne pas s’adapter. Bien sûr, ça prend un peu de temps. Mais il y a aussi du chiffre d’affaires à récupérer. » Stéphanie Durand ajoute : « C’est le moment où jamais de se lancer. Depuis la fermeture des commerces, ceux qui sont déjà sur Internet sont les mieux armés pour résister. Les autres sont malheureusement invisibles. »