Coronavirus : Qui sont les deux personnes contaminées hospitalisées à Rennes ?

SANTE Un pompier et sa femme travaillant dans une clinique ont été contaminés, vraisemblablement lors d’un séjour dans l’Oise

Camille Allain

— 

La caserne de pompiers Saint-Georges, à Rennes, où un cas de coronavirus a été détecté le 29 février 2020.
La caserne de pompiers Saint-Georges, à Rennes, où un cas de coronavirus a été détecté le 29 février 2020. — C. Allain / 20 Minutes

Leurs cas ont été confirmés dans la journée de samedi par les autorités sanitaires. Un couple résidant à Rennes a bien contracté le coronavirus, vraisemblablement lors d’un passage dans l’Oise, où il a récemment séjourné. Le département de la région Hauts-de-France est le territoire français le plus touché par le virus COVID-19. C’est d’ailleurs là-bas que les autorités cherchent le « patient zéro » ayant fait entrer le virus dans l’Hexagone. En Bretagne, quatre cas ont été recensés. Deux ont été pris en charge au CHU de Brest, les deux autres sont hospitalisés au CHU Pontchaillou, à Rennes.

Dans la capitale bretonne, le « profil » des deux personnes contaminées a obligé les autorités sanitaires à fermer temporairement une caserne de pompiers. L’homme ayant contracté le coronavirus exerce depuis plusieurs années comme sapeur-pompier au sein de la caserne Saint-Georges, installée en plein centre-ville de Rennes. L’agence régionale de santé précise cependant qu’il « n’a participé à aucune intervention depuis plusieurs semaines ».

La caserne en activité limitée

Les interventions du SDIS d’Ille-et-Vilaine au départ de la caserne Saint-Georges ont été suspendues temporairement et ont repris dans le courant de la journée dimanche. "Moins de dix personnes contacts ont été identifiées parmi les sapeurs-pompiers. Ces derniers ont pour consigne de rester à leur domicile en attente de leur évaluation", précise l’ARS dans un communiqué.

La maire de Rennes a fait savoir « qu’aucun agent municipal travaillant sur le site du palais Saint-Georges ou de la piscine attenante n’a été identifié comme cas contact » et que les services municipaux installés sur le site « poursuivent leur activité de manière normale ».

La femme du sapeur-pompier, également contaminée, est un membre du personnel de la clinique La Sagesse, un hôpital privé du quartier de Cleunay. L’ARS Bretagne et Santé publique France ont déjà établi « la liste des personnes contacts de l’ensemble des patients », précisant que « le nombre de cas contacts identifiés est limité ».

Leurs enfants ne sont pas contaminés

L’enquête se concentre notamment sur le personnel soignant de la clinique où la malade exerce. Des tests ont également été effectués sur les deux enfants. Ils indiquent qu’ils ne sont pas contaminés.

Pour connaître l’ensemble des informations et recommandations concernant le coronavirus COVID-19, le gouvernement a mis en place un site internet et une plate-forme téléphonique nationale accessible gratuitement au 0 800 130 000 (24h sur 24, 7 jours sur 7) pour toutes questions non médicales.