Nantes : Après la mort d’un motard, « la dangerosité » de la Prairie de Mauves dénoncée

SÉCURITÉ ROUTIÈRE Un rassemblement se prépare en hommage à Fabien, un motard de 50 ans, qui a perdu la vie dans un accident début janvier

Julie Urbach

— 

Le boulevard de la Prairie-de-Mauves, où s'est produit l'accident mortel.
Le boulevard de la Prairie-de-Mauves, où s'est produit l'accident mortel. — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Un homme qui circulait à moto est décédé, début janvier, alors qu’une voiture faisait demi-tour sur le boulevard de la Prairie-de-Mauves.
  • Une manœuvre interdite mais qui serait fréquente sur cet axe, selon les proches de la victime qui se rassembleront samedi pour demander un réaménagement du boulevard.

« Il était si généreux qu’il va nous laisser un vide immense. » Près de deux mois après le drame, les proches de Fabien s’apprêtent à lui rendre un dernier hommage. Samedi à 11h, ils se rassembleront le long du boulevard de la Prairie-de-Mauves, à Nantes, là où l’homme de 50 ans a brutalement perdu la vie un soir du mois de janvier, alors qu’il rentrait du travail.

« Fabien était à moto et il remontait la file de voitures qui étaient à l’arrêt, dans les bouchons, raconte son frère, Sébastien. Il roulait à 20 ou 30 km/h, selon des témoins, et était parfaitement équipé, il portait sa chasuble. C’est là qu’une voiture a fait demi-tour, alors que c’est interdit. » Le motard, père de trois enfants, n’a pu l’éviter et est décédé sur le coup. Le conducteur du véhicule, qui sera jugé prochainement, était sous l’influence de stupéfiants.

Des balises supplémentaires

Mais, selon la famille de la victime, la configuration de cet axe à double sens très emprunté et souvent bouché est également en cause. Un texte sera lu samedi dans le but « d’interpeller les pouvoirs publics » pour un réaménagement du boulevard. Une demande partagée par la fédération des motards en colère, qui s’associe au rassemblement. « Nous avons fréquemment des retours de nos adhérents qui constatent cette pratique et évitent des accidents, assure Denis Chaimbault, de la FFMC44. Aujourd’hui, il y a une dangerosité car rien n’empêche les voitures de faire demi-tour : il n’y a qu’un zébra et des balises en plastique bien trop espacées. Il faut en rajouter pour que la manœuvre soit impossible. »

Selon Nantes métropole, qui gère cet axe depuis 2006, « il n’est pas prévu que la configuration change », sur cet axe où surviennent « un ou deux accidents corporels par an ». La collectivité rappelle qu’il y a quelques années, une troisième voie centrale permettant des dépassements dans les deux sens a été neutralisée, en raison de son caractère accidentogène.

Il faudra attendre 2021 et l’expérimentation d’une voie dédiée au covoiturage pour que de nouveaux aménagements soient réalisés dans le secteur. En attendant, samedi midi, les proches de Fabien prévoient de former une chaîne humaine à moto, entre les deux voies, pour symboliser « cette barrière fictive qui aurait pu lui sauver la vie ».