Nantes : La Maison d’Elise, l’unique bar à chats de la ville, cherche un repreneur

COMMERCE L’établissement du quartier Graslin est habité par quatre chats de race Maine Coon

Frédéric Brenon

— 

Le bar à chats La Maison d'Elise, à Nantes (illustration).
Le bar à chats La Maison d'Elise, à Nantes (illustration). — La Maison d'Elise
  • Ouverte depuis 2015, la Maison d’Elise a su trouver son public.
  • La gérante cherche quelqu’un pour reprendre l’activité.
  • L’autre bar à chats nantais a fermé il y a deux ans.

Elle avait ouvert ses portes en août 2015. La Maison d’Elise, bar à chats situé rue Jean-de-la-Fontaine, à deux pas du théâtre Graslin, propose des boissons et petits plats dans un « univers cosy » habité par quatre grands chats de race Maine coon. L’établissement est parvenu à trouver son public mais sa gérante cherche aujourd’hui un repreneur. Elise Jeantet a en effet choisi de s’orienter vers « un autre projet professionnel ».

Elle lance donc un appel pour trouver une personne « travailleuse, motivée et, surtout, amoureuse des chats » susceptible de reprendre son fonds de commerce à partir de juillet. « Je souhaite que l’activité bar à chats se poursuive. Quelques personnes m’ont déjà exprimé leur intérêt. J’ai bon espoir de trouver. »

« Ici, les rois ce sont les chats »

La Maison d’Elise était devenue l’unique bar à chats de Nantes depuis la fermeture du Chat l’heureux, situé rue de l’hôtel de ville, il y a deux ans. Malgré les doutes entourant l’originalité du concept au départ, le lieu bénéficie d’une clientèle « en augmentation » composée de curieux ou de fidèles adeptes de la ronronthérapie.

« Le projet a démontré sa viabilité, explique Elise Jeantet. On reçoit des familles avec enfants, des étudiants, des personnes âgées… Les profils sont assez divers. » Les interactions entre chats et clients s’effectuent au bon vouloir des félins. « Ce sont eux les rois ici. Tout est pensé pour leur bien-être. Mais ils sont très sociables et viennent facilement recevoir des câlins sur les genoux par exemple. »

Quand elle passera le relais, Elise Jeantet partira avec ses Maine Coon, lesquels rentrent déjà dormir chaque soir chez elle. Le successeur devra donc venir avec ses propres matous, ou recueillir dans son établissement des chats proposés à l’adoption. « Le bar devient alors une sorte de maison d’accueil. C’est un concept qui se développe. » En attendant, la Maison d’Elise reste ouverte du mardi au samedi de 10h à 19h.