Loire-Atlantique : Des galettes d’hydrocarbures d’origine inconnue échouées sur les plages

POLLUTION La pollution est constatée au nord et au sud de l'estuaire de la Loire

Frédéric Brenon

— 

La plage de Saint-Brévin, en Loire-Atlantique (illustration)
La plage de Saint-Brévin, en Loire-Atlantique (illustration) — S. Salom Gomis/ SIPA

Elles sont apparues mardi après-midi. D’autres sont arrivées dans la nuit de mardi à mercredi. Des boulettes et galettes d’hydrocarbures se sont échouées sur le littoral de Loire-Atlantique. La pollution a été relevée sur plusieurs plages du département, notamment Assérac, Piriac, la Turballe et Pornichet, au nord de l’estuaire, rapporte la préfecture maritime de l'Atlantique. Au sud, des polluants ont également été constatés à Saint-Brévin-les-Pins, Saint-Michel-Chef-Chef et Préfailles.

« Il s’agit de petites boules ou plaques mesurant entre 5 et 25 cm. Aucune hypothèse n’est avancée à ce stade sur leur origine », rapporte la préfecture maritime. Les prélèvements ont été transmis pour analyse au Cedre, le centre de recherche expert en pollution maritime. Les résultats devraient être disponibles jeudi, indique le Cedre. Ils permettront de « connaître la composition » des boulettes et, peut-être, de les « relier à un événement passé ».

Surveillance aérienne, sans résultat

En attendant, la préfecture maritime a mis en œuvre une « surveillance aérienne par satellite, par hélicoptère et par avion ». Aucune pollution n’a été observée en surface. « La détection est rendue compliquée par l’état de la mer. Il peut aussi s’agir d’une pollution entre deux eaux et donc difficile à repérer », précise-t-on à la préfecture maritime.

La préfecture de Loire-Atlantique demande aux promeneurs de ne pas toucher ou ramasser les galettes rencontrées. A Assérac, les accès aux plages sont interdits depuis ce mercredi matin par « précaution ».