Loire-Atlantique : Le Porte-vue, première œuvre du Voyage à Nantes dans le vignoble

CULTURE Ce belvédère, installé à Château-Thébaud et offrant une vue panoramique sur le site de la base de loisirs de Pont Caffino, sera inauguré le 19 juin

David Phelippeau

— 

Image de synthèse du Porte-vue d'Emmanuel Ritz.
Image de synthèse du Porte-vue d'Emmanuel Ritz. — VAN
  • Pour la première fois, le Voyage à Nantes va installer une œuvre dans le vignoble, plus précisément à Château-Thébaud.
  • A partir de juin, un belvédère offrira une vue panoramique sur le site de loisirs de Pont Caffino, 30 m plus bas, et sur les vignes situées sur la commune de Maisdon-sur-Sèvre.
  • Cet ouvrage d’art, qui a suscité de nombreux débats depuis quatre ans, coûte 904.000 euros HT.

Le Voyage à Nantes s’invite pour la première fois dans le vignoble nantais. A partir du 19 juin, le Porte-vue de l’architecte Emmanuel Ritz, va déplier ses 30 mètres de passerelle, dont vingt au-dessus du vide, sur la commune de Château-Thébaud. Ce belvédère, installé derrière la mairie, offrira une vue panoramique sur le site de loisirs de Pont Caffino, 30 m plus bas, et sur les vignes de Maisdon-sur-Sèvre.

L’œuvre d’un architecte de Haute-Savoie

Quelques chiffres et données d’ordre technique. Le belvédère pèsera 28 tonnes. L’œuvre d’art est réalisée en acier corten et est arrimée sur la roche, à l’emplacement de l’actuel belvédère, qui surplombe la Maine de 45 mètres. Une grande poutre constitue la flèche d’une vingtaine de mètres (au-dessus du vide) et déploiera une allée de 35 m. « Le pliage de tôle compose à la fois les garde-corps et un petit auvent, précise l’architecte Emmanuel Ritz, venu de Haute-Savoie. Au bout de la flèche, le garde de corps est constitué d’une paroi en verre pour une vue vertigineuse, mais pas au niveau des pieds pour ne pas mettre les gens en situation de stress. »

L'endroit à Chäteau-Thébaud où va être installé le belvédère.
L'endroit à Chäteau-Thébaud où va être installé le belvédère. - VAN

Une première pour le VAN dans le Vignoble

« Le vignoble faisait partie de l’offre qu’on voulait proposer aux touristes… », reconnaît Jean Blaise. Son souhait va devenir réalité. Le directeur artistique du VAN n’a pas oublié la première fois qu’il est venu sur ce lieu. « J’ai pris une claque quand j’ai découvert cet endroit avec cette vue exceptionnelle. On s’est tout de suite dit : “C’est ici !” » Ici, où – cela tombe bien - le muscadet est roi. « Ce vin se bonifie et trouve sa place parmi les grands vins de France et les bornes artistiques du parcours que nous proposons aux Nantais et aux touristes disent la singularité du vignoble. »

Pour rappel, le pont transbordeur de Gorges, autre projet imaginé par le VAN dans le vignoble, a été abandonné fin 2018. « Il fallait aller sur un terrain privé, le maire n’a pas réussi à l’avoir, explique aujourd’hui Jean Blaise. On n’a pas pu poursuivre le projet, mais il y avait de toute façon une forte opposition au projet. »

Une œuvre à près d’un million d’euros

Le projet du Porte-vue est en pourparlers depuis quatre ans maintenant. « Il y a eu certaines inquiétudes à certains moments, notamment pour le financement », avoue Jean-Paul Loyer, le maire de Château-Thébaud. « On a cru qu’on n’y arriverait pas... », confie Jean Blaise. Hors taxe, le coût du Porte-vue est évalué à 904.000 euros, un financement auquel participent Clisson Sèvre et Maine Agglo à hauteur de 29 %, la région Pays-de-la-Loire (25 %), la commune de Château-Thébaud (15 %) et le département (15 %), Leader (Liaison entre actions de développement de l’économie rurale à hauteur de 11 %) et l’Etat (6 %). A titre de comparaison, le belvédère, situé Butte Sainte-Anne à Nantes, a coûté 1,3 million TTC.