Les effets de Julien Gracq vendus aux enchères

Guillaume Frouin - ©2008 20 minutes

— 

Une vente aux enchères « unique et exceptionnelle » se profile le 12 novembre à Nantes. Quelque 300 lots appartenants à Julien Gracq, décédé en décembre 2007, vont en effet être dispersés à l'Hôtel des ventes Couton & Veyrac. L'écrivain de Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire), qui avait refusé le prix Goncourt en 1951 pour Le Rivage des Syrtes, a en effet plusieurs attaches avec la cité des Ducs. Il y a notamment passé ses années de lycée entre 11 et 18 ans, et lui a consacré son livre La Forme d'une ville (1985).

Hier, les plus belles pièces de la vente aux enchères ont été dévoilées par le commissaire-priseur Bertrand Couton. L'édition originale du Rivage des Syrtes sera ainsi mise à prix de 12 000 euros à 15 000 euros. Et un lot de trente-deux lettres échangées avec l'écrivain André Breton (1896-1966) sera, lui, cédé à partir de 30 000 euros à 35 000 euros. Pour ceux qui n'auraient pas les moyens, des estampes seront vendues à partir de 50 euros. La salle des ventes sera également ouverte gratuitement au public tout au long du week-end du 11 novembre. Seul le catalogue (15 euros) sera payant.