Nantes: De nouveaux heurts devant plusieurs lycées ce vendredi matin

FAITS DIVERS Des heurts ont de nouveau éclaté ce matin, notamment devant le lycée Camus à Nantes

J.U.

— 

Le lycée Alber-Camus à Nantes
Le lycée Alber-Camus à Nantes — Google street view/ capture d'écran

La tension est encore montée d’un cran. Au lendemain de heurts survenus devant le lycée Camus à Nantes, de nouveaux épisodes de violences ont été recensés ce vendredi matin devant l’établissement scolaire du quartier Bellevue. Plusieurs poubelles ont notamment été incendiées. Comme jeudi, la direction a pris la décision de suspendre les cours jusqu’à 13h30. Une protection policière a été demandée pour encadrer la réouverture des portes du lycée.

Selon la région Pays de la Loire, qui a porté plainte dès hier pour les dégradations au lycée Camus, « des mouvements » ont également été signalés ce matin aux abords des établissements Monge, Carcouët et des Bourdonnières. A chaque fois, des attroupements de plusieurs dizaines d’individus se sont formés. 

Pas de revendication claire

Des voitures ont été incendiées devant le lycée du Sacré-Coeur, qui semble avoir également décidé de suspendre les cours. « Pour raison extérieure au lycée, pour la sécurité de tous, nous avons pris la décision de fermer le lycée », explique un message sur le répondeur téléphonique.

Ces tensions ne sont associées d’aucune revendication claire. Des « appels à la violence », ciblant les lycées nantais, auraient été lancés sur les réseaux sociaux. Un tramway a aussi été caillassé ce matin, à l’arrêt Boissière. La police annonce cet après-midi avoir réalisé six interpellations. Ces jeunes hommes, âgés entre 16 et 17 ans, sont déjà connus des services de police pour la plupart.

Dans un communiqué, la préfecture annonce ce soir la mise en place « des dispositifs de surveillance adaptés afin de prévenir le renouvellement de tels actes de violence et de garantir la sécurité autour des établissements concernés ».