Nantes : L'imposant bâtiment Cap 44 va accueillir un nouveau grand musée Jules-Verne

URBANISME La mairie de Nantes a annoncé mercredi que cette ancienne minoterie allait devenir «un grand lieu dédié aux imaginaires»

Julie Urbach

— 

Le bâtiment Cap 44 en bord de Loire à Nantes.
Le bâtiment Cap 44 en bord de Loire à Nantes. — F.Brenon/20Minutes
  • L'an dernier, la mairie a annoncé qu'elle comptait conserver le bâtiment Cap 44, situé entre la carrière Misery et la Loire.
  • Le musée Jules-Verne va déménager dans cet imposant immeuble, afin de gagner en superficie.
  • Les visiteurs trouveront également sur place un espace d'expo, une bibliothèque, un restaurant, ou encore un belvédère.

Il gâche un peu la vue sur la Loire, quand on se promène dans le Jardin extraordinaire quartier du Bas-Chantenay à Nantes. Mais d’ici à 2024 ou 2025, le Cap 44, ce gros bâtiment bleu pas franchement très beau, affichera un nouveau visage bien plus esthétique. C’est en tout cas la promesse de la mairie de Nantes qui a dévoilé, mercredi, que cette ancienne minoterie érigée en 1895 allait devenir « un grand lieu dédié aux imaginaires ».

La principale annonce, c’est que l’imposant immeuble de six étages va abriter, sur tout un niveau (probablement le deuxième), un nouveau grand musée Jules-Verne. « Les visiteurs trouvent l’actuel musée très joli et qualitatif mais se sentent à l’étroit, reconnaît Johanna Rolland, la maire de Nantes. Avec ce déménagement total, nous allons multiplier par quatre la superficie du musée, passant de 250 à 1000 m2 ». A ce stade, on ne sait pas ce que deviendra la maison bourgeoise de la butte Sainte-Anne même si la ville a déjà « plusieurs idées ».

En plus de contempler de nombreux manuscrits, lettres ou objets qui seront exposés au Cap 44, le public découvrira à cet étage les poteaux et les poutres qui ont motivé la décision, prise l’année dernière, de ne pas raser le bâtiment purement et simplement. La fameuse structure en béton armé selon le procédé Hennebique, considérée comme un patrimoine architectural à sauvegarder (seuls deux bâtiments dans le monde sont construits de cette façon), sera mise en valeur.

Espace d’expo, bibliothèque, belvédère…

Dans le reste du bâtiment les visiteurs trouveront un grand espace d’exposition, sur le thème de l’imaginaire et ses différentes facettes, dont celle de la science-fiction. « Les Utopiales ont été un grand succès ce week-end, mais l’événement ne dure que quelques jours, illustre Aymeric Seasseau, adjoint en charge de la lecture publique et des médiathèques. On pourra accueillir des événements plus massifs, sur une durée plus longue. »

Le projet comprend également la création d’une « bibliothèque des imaginaires », constituée de livres, BD, mangas, jeux de rôle… qui fera office de « tiers lieux », et d’un lieu de création où seront reçus en résidence des écrivains, plasticiens ou scientifiques. Un peu plus haut, une boutique et un espace restauration avec terrasse devraient également voir le jour. Sur le toit, au sixième étage, un belvédère en accès libre et gratuit offrira une belle vue sur la Loire et Trentemoult d’un côté, l’Arbre aux hérons de l’autre.

Le bâtiment remodelé et plus transparent

Et de l’extérieur, à quoi ressemblera le nouveau Cap 44 ? Pour le moment, peu d’éléments ont été décidés mais l’on sait que le bardage bleu sera enlevé et que « la plus grande transparence sera recherchée, pour renouer avec la Loire ». Le bâtiment en lui-même sera remodelé puisque plusieurs étages supérieurs de la partie Est seront détruits afin de dégager la vue sur l’Arbre aux Hérons, qui culminera à peu près à la même hauteur. Entre 10 et 15 millions d’euros devraient être investis pour la réalisation de ce projet, déjà désigné par la ville comme « terriblement Nantais ».