VIDEO. Nantes : « Il a été un phénomène culturel », comment Charlie Chaplin a inspiré les artistes de son temps

CULTURE C'est l'exposition à partir de ce vendredi et jusqu'au 3 février au musée des arts de Nantes

David Phelippeau

— 

Dans l'usine à rêves, au coeur de l'exposition, prenez-vous pour Charlie Chaplin...
Dans l'usine à rêves, au coeur de l'exposition, prenez-vous pour Charlie Chaplin... — D.P.
  • A partir de ce vendredi, une exposition sur l’influence qu’a eu Charlie Chaplin sur de nombreux artistes est présentée au musée des arts de Nantes.
  • De Ferdinand Léger à Marc Chagall en passant par Salavador Dali, le cinéaste et acteur de génie a beaucoup inspiré.

Où est Charlie ? Au musée d’arts de Nantes, il est plus ou moins partout. L’exposition « Charlie Chaplin dans l’œil des avant-gardes » commence ce vendredi et durera jusqu’au 3 février. Depuis son invention en 1914, le personnage de Charlot, créé par Charlie Chaplin, fascine, interpelle et amuse. Mais, il a surtout inspiré les artistes (et courants artistiques) de son temps. « Tout le monde s’est vu en Charlie Chaplin, chacun avec son propre projet, explique Sophie Lévy, directrice conservatrice du musée d’arts de Nantes. Il a inventé un langage et a su faire passer un message ironique, dur, sarcastique, vigilant sur l’époque. »

« On se rend compte à travers cette exposition à quel point Chaplin a été un phénomène culturel… », insiste Johanna Rolland, la maire de Nantes. De Fernand Léger à Marc Chagall, d’Alexander Calder à René Magritte, quelque 200 œuvres provenant de collections du monde entier sont présentés au regard du cinéma chaplinien.

Chaplin, fil conducteur de l’expo

Nuance importante néanmoins, l’expo n’est pas sur Charlie Chaplin, mais plus sur la manière dont il a inspiré de nombreuses œuvres d’art de la première moitié du XXe siècle. « Tous les artistes voient en Chaplin et son cinéma [La ruée vers l’or, Les temps modernes etc.] le miroir de leurs préoccupations », résume Claire Lebossé, la commissaire de l’expo. Après avoir parcouru l’ensemble du musée et fait une halte dans l’usine à rêves, un endroit ludique conseillé aux plus petits, 20 Minutes a sélectionné quatre œuvres (une dans chaque section du musée), pour lesquelles Chaplin fut une véritable source d’inspiration.

« La Joconde amoureuse de Charlot » de Fernand Léger

Cette page (extraite d’une revue de 1933), présentée dans la section du musée des arts « l’homme-machine », est illustrée par le peintre, dessinateur, illustrateur français Fernand Léger. On y voit un personnage de Charlot fragmenté et désarticulé à la manière cubiste. Il est entouré de la Joconde et de la vénus de Milo « pour une mise en scène décalée ».

«La Joconde amoureuse de Charlot».
«La Joconde amoureuse de Charlot». - Musée des arts de Nantess

« Aphrodisiac Telephone » de Salvador Dali

Dans la partie « la poétique du monde », voici ce téléphone-homard de l’artiste espagnol Salvador Dali, principal représentant du surréalisme. Tout comme Chaplin, « Dali utilise souvent les aliments dans son œuvre en les chargeant d’une symbolique liée aux besoins primaires », peut-on lire.

«Aphrodisiac Telephone» de Salvador Dali.
«Aphrodisiac Telephone» de Salvador Dali. - Musée des arts de Nantes

« Le cirque » de Marc Chagall

Petit tour dans la partie « le spectacle mis en abyme » : le tableau de Marc Chagall a retenu notre attention. Le peintre, naturalisé français en 1937, partage avec Chaplin, l’homme dont il déclare se sentir le plus proche, « un même goût pour l’univers magique des saltimbanques ».

«Le cirque» de Marc Chagall.
«Le cirque» de Marc Chagall. - Musée des arts de Nantes

« Hitler » de Victor Brauner

Enfin, dans la dernière section « l’absurdité de l’histoire : ce portrait, peint par Victor Brauner en France en 1934, provient de l’ancienne collection d’André Breton. Dans le film « Le Dictateur », Chaplin choisit la satire et caricature Adolf Hitler.

«Hitler» de Victor Brauner.
«Hitler» de Victor Brauner. - Musée des arts de Nantes