Nantes : Comment fonctionne la cascade géante du Jardin extraordinaire

LOISIRS L'entreprise Arrosage system, implantée à La Chapelle-sur-Erdre, a mis au point cette cascade de 25 mètres de haut

Julie Urbach

— 

Le Jardin extraordinaire aménagé dans la carrières Miséry à Nantes
Le Jardin extraordinaire aménagé dans la carrières Miséry à Nantes — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont déjà fait le tour du Jardin extraordinaire.
  • Element phare du site, une gigantesque cascade de 25 mètres de haut imaginée pour « surprendre le public ».

Ce week-end encore, il ne fallait pas avoir peur de la foule pour visiter le Jardin extraordinaire. Depuis son ouverture le 29 septembre, c’est la cohue dans ce nouveau parc public, située carrière Miséry quartier du Bas-Chantenay à Nantes. Ce lundi, et après trois week-ends de forte affluence, plus de 90.000 visiteurs ont déjà été comptabilisés.

Si les 25.000 plantes et sa végétation luxuriante attirent, le gros point d’intérêt est évidemment cette gigantesque cascade de 25 mètres de haut, au cœur du site. « Ça émerveille les visiteurs, se félicite son concepteur Yvon Cessou, directeur de la société Arrosage system, qui emploie 30 personnes à La Chapelle-sur-Erdre. C’est une réussite et quelque chose d’unique. Une telle réalisation dans un site naturel comme celui-ci, près d’un centre-ville, nous n’avons pas trouvé d’équivalent en France. »

Trois jets pour créer la surprise

Pour que la magie prenne, un système de grosses canalisations (que la végétation devrait petit à petit recouvrir) a été installé et caché le long des parois rocheuses. Dans le bassin (de 500 m3 environ), un performant système hydraulique et de pompage envoie l’eau vers les trois déversoirs, comme pour une fontaine classique. C’est un automate électronique, caché dans une station située à l’entrée du parc, qui joue les chefs d’orchestre. De là est aussi actionnée la fonction brumisation sur l’étang.

« Les trois jets de la cascade ne sont pas toujours actifs en même temps », commente Romaric Perrocheau, en charge de ce projet au service des espaces verts, et qui espère par ce biais « surprendre le public ». La cascade a également été imaginée pour que son bruit masque celui de la circulation des quais et l’humidité qu’elle dégage permet enfin le développement de « plantes d’exception », comme des fougères arborescentes. Même si l’entreprise de La Chapelle-sur-Erdre doit évidemment compléter le dispositif avec un système d’arrosage automatique.

Circuit fermé

Il n’empêche que des visiteurs s’interrogent sur la facture énergétique de cette réalisation spectaculaire. « La cascade fonctionne en circuit fermé, rassure Yvon Cessou. L’eau retombe dans un bassin parfaitement étanche donc il n’y a aucune perte, sauf celle liée à l’évaporation. » Selon le directeur de Arrosage system, la cascade n’a pas la même intensité selon le moment de la journée et de la semaine : elle est éteinte le soir, mais est poussée à fond le week-end pour les nombreux promeneurs.

Et malgré son aspect spectaculaire, la cascade ne nécessitera pas tant de contrôles ou de maintenance que cela. Un contrôle « visuel » est cependant effectué tous les deux jours. « Ce sera moins compliqué que pour le Miroir d’eau, où il faut être très vigilant notamment à la qualité de l’eau, explique Yvon Cessou. Car il est bien sûr interdit de se baigner dans le bassin de la cascade ! » Dommage.