Même les avions suivent le guide

- ©2008 20 minutes

— 

Si l'aéroport Nantes-Atlantique parvient à maintenir son irrésistible croissance, il le doit en grande partie au sang-froid de sa tour de contrôle, véritable cerveau du trafic. Plus de 54 000 avions transportant quelque 2,8 millions de passagers devraient ainsi transiter par le tarmac nantais cette année, établissant un nouveau record. Au total, 70 contrôleurs aériens mènent les appareils à bon port.

Dans la vigie de la tour, à 28 m de haut, Nathalie gère la piste pour les arrivées et les décollages. Deux avions militaires Epsilon en provenance de Cognac sont justement à l'approche. « Bonjour, dit-elle au micro. Pour guidage NDB ILS piste 03, prenez le cap 310, descendez niveau 70, vitesse 250 noeuds... » Dans le même langage, Isabelle, en charge du roulage, prend le relais au sol pour le parcage des appareils. Romaric, lui, scrute le ciel et les lignes de son écran de contrôle pour les avions en approche. Une concentration de tous les instants qui nécessite une pause obligatoire toutes les deux heures. « En plus de Nantes, je supervise tous les terrains satellites, comme Saint-Nazaire, Angers et Le Mans », explique le jeune homme qui reçoit continuellement des imprimés appelés « Strip », contenant les informations de chaque vol.

« Le contrôleur connaît la structure de l'espace par coeur et toutes les procédures de navigation. C'est lui le patron du pilote », indique Richard Arnould, le chef OCNA, l'Organisme de contrôle de la navigation aérienne. La tour de contrôle nantaise guide tous les avions de ligne sous le niveau 115 (11 500 pieds). Au-delà, la gestion est transférée au CRNA (Centre en route de la navigation aérienne), à Brest. Une partie du service brestois doit justement être rapatriée sur Nantes en vue du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. « Nous sommes impatients, glisse Vincent, le chef de tour. Participer à un projet d'une telle envergure est très excitant. » D'autant que ce nouvel aéroport pourrait bien être le dernier à être construit en France, selon les recommandations du Grenelle de l'environnement.