Nantes : VIDEO. Les images de la future place de la Petite-Hollande

URBANISME L'immense place colonisée par les voitures accueillera de grandes pelouses et des gradins donnant sur la Loire. Les voitures n'y seront plus les bienvenues

Frédéric Brenon

— 

Vue aérienne de la future place de la Petite-Hollande.
Vue aérienne de la future place de la Petite-Hollande. — Agence TER
  • Le futur visage de la place de la Petite-Hollande est désormais connu.
  • Les travaux débuteront en 2022. Les premières livraisons sont espérées pour 2025.
  • Le plus gros chantier sera la construction d'un parking souterrain.

Le contraste est saisissant. Après un an de concertation avec les habitants (contributions en ligne, rencontres et atelier citoyen), Nantes métropole a dévoilé ce lundi après-midi les images de la future place de la Petite-Hollande et de ses abords. L’immense esplanade, colonisée par les voitures, sera aménagée en « place-parc » faisant la part belle aux espaces verts, aux piétons et à la vue sur la Loire. Les travaux seront lancés début 2022 pour une livraison à partir de 2024-2025. Ce qu’il faut retenir du projet.

Le parking devient souterrain

Toutes les places de stationnement en surface (un millier tout de même) disparaîtront pour être remplacées par un parking souterrain d’une capacité de 400 à 600 places. Celles-ci seront payantes la nuit, contrairement à aujourd’hui. Le premier étage du futur parking serait réservé aux activités logistiques du marché. A noter que la vice-présidente de Nantes métropole et présidente de NGE, Catherine Choquet (EELV), juge la création de ce nouveau parking « inutile et coûteuse » (12 millions d’euros) compte tenu des projets de développement des transports en commun.

Pelouses et espaces verts prennent le pouvoir

S’il restera encore pas mal de bitume, la place dévolue aux espaces verts va tripler. Sur la partie proche du fleuve, de grandes pelouses, séparées par un chemin menant à la passerelle Schœlcher, seront plantées « en pleine terre ». Sur les bords, des bosquets épais seront aménagés afin « d’offrir des zones de fraîcheur ».

La grande pelouse de la future place de la Petite-Hollande.
La grande pelouse de la future place de la Petite-Hollande. - Agence TER

Le marché du samedi est maintenu

C’était un point important pour les élus et les habitants. Le marché de la Petite-Hollande, rendez-vous populaire du samedi matin, sera conservé sur place. Il s’étalera sur une esplanade de dalles et pavés agrémentée de jets d’eau et brumisateurs enterrés. Ceux-ci se déclencheront tous les autres jours de la semaine afin de « rappeler la présence passée de l’eau à cet endroit ».

Des gradins en bord de Loire

Pour renforcer la proximité avec la Loire, une cale avec gradins sera conçue à côté de la passerelle Scholecher. Une partie de la berge sera donc redessinée en avançant sur le fleuve. « On pourra s’asseoir pour profiter de la vue ou manger un morceau », décrit Henri Bava, paysagiste de l'agence TER. Les plaques de navires négriers du Mémorial à l’abolition de l’esclavage seront conservées. De l’autre côté, au pied de la piscine, un ponton nautique sera créé.

L'esplanade du marché de la future place de la Petite-Hollande.
L'esplanade du marché de la future place de la Petite-Hollande. - Agence TER

La voirie automobile fortement réduite

Le boulevard des Nations-Unies et la rue Gaston-Michel n’existeront plus. Il ne sera donc plus possible de circuler à côté de la piscine, ni même de longer la Loire pour les automobilistes venant du quai de la Fosse. La seule route ouverte aux voitures longera, en double-sens, les rails du tramway puis se connectera au rond-point de la rue Félix-Eboué. A moyen terme, la voie sur berge reliant la piscine Gloriette au pont Haudaudine devrait fermer à la circulation.

Quelques activités disséminées

Si le projet n’accueillera pas, contrairement à une idée souvent répandue, de galerie commerciale, on trouvera sur la future place un ou deux kiosques de services ou de vente à emporter. Il y aura également un podium pour de petits spectacles, un petit mur d’escalade, des tablées, une aire de jeux, un solarium…

Pas de décision pour le square Daviais

Dans le projet initial, il était prévu de remplacer le square Daviais par un bâtiment-belvédère abritant un food court en lien avec le marché. Mais l’idée n’a pas séduit l’atelier citoyen. « Le débat n’est pas mûr pour prendre une décision. La réflexion se poursuit », justifie Johanna Rolland. Une concertation spécifique à l’avenir de Daviais sera lancée en 2020.