Nantes : Le festival Scopitone investit le MIN pour une « édition XXL »

CULTURE Le rendez-vous consacré aux arts numériques se déroule exceptionnellement dans l'ancien marché de gros. Avec une programmation musclée

Frédéric Brenon

— 

L'œuvre « Meandering river », programmée au festival Scopitone, invite à la contemplation.
L'œuvre « Meandering river », programmée au festival Scopitone, invite à la contemplation. — F.Brenon/20Minutes
  • Scopitone est un festival consacré à tous les arts numériques (musique, performances…).
  • Après les halles Alstom et les Nefs de l’île de Nantes, il débarque exceptionnellement dans l’ancien MIN de Nantes.
  • Le festival se déroule pour la première fois sur dix jours, du 12 au 22 septembre.

Le coup d’envoi sera donné ce jeudi soir par le DJ Etienne de Crécy. Pour sa 18ème édition, le festival Scopitone opère une véritable « métamorphose ». La durée de l’événement nantais consacré aux arts numériques passe tout d’abord de cinq à dix jours. Deux week-ends s’offrent désormais aux spectateurs afin de « réduire les frustrations exprimées les années précédentes ».

Surtout, Scopitone est cette année concentré sur un seul site « exceptionnel » : l’ancien marché de gros (MIN) de l’île de Nantes, désaffecté depuis février et voué à une démolition imminente. « C’est un lieu particulier, chargé d’une histoire collective. On n’a pas cherché à le masquer ou à le transformer. On a surtout voulu jouer avec et profiter de ses volumes incroyables. Ça devrait donner une édition XXL », justifie Cédric Huchet, le programmateur.

L'ancienne halle à marée sera le lieu central du festival.
L'ancienne halle à marée sera le lieu central du festival. - F.Brenon/20Minutes

Les expositions, point fort de cette année

Concrètement, l’ancienne halle à marée, où se tenait la criée, sera le centre névralgique du festival : spectacles, performances, ateliers et rencontres s’y dérouleront. Les immenses frigos des produits de la mer abriteront des expos, des anciens magasins recevront des conférences, tandis que deux scènes ont été aménagées sous des préaux. Presque tout sera gratuit.

Côté programmation, le festival a choisi de muscler les expositions. Une vingtaine d’artistes proposent une trentaine d’œuvres en tous genres ayant pour point commun « d’utiliser le numérique pour provoquer des réactions physiques ou naturelles » : une machine expire une brume envoûtante, un canon crache des ronds de fumée, des anneaux concentrent des faisceaux de lumière, des végétaux s’agitent comme s’ils étaient remués par le vent, des écrans verticaux reproduisent une rivière infinie…

Concert lors de l'édition 2018 du festival Scopitone à Nantes.
Concert lors de l'édition 2018 du festival Scopitone à Nantes. - D.Gallard/Scopitone

La musique n’est pas laissée de côté puisque des DJ sets sont proposés presque tous les jours, tandis que des soirées concerts payantes (il reste des billets) sont prévues le 20 et le 21 septembre. Pas de Nuit electro, en revanche, cette année. Enfin, Scopitone ce sont aussi des ateliers, des visites guidées, des workshops et de nombreuses expériences ludiques pour les enfants les samedis et dimanches.

Scopitone prend position après Steve

Sur des panneaux affichés dans les allées du festival, les organisateurs de Scopitone et de Stéréolux expliquent avoir été « bouleversés par les événements dramatiques qui se sont déroulés lors de la Fête de la musique au cours desquels Steve Maia Caniço a perdu la vie ». « Nous déplorons la disproportion de l’intervention des forces de l’ordre, de toute évidence tout à fait inappropriée dans cette situation », écrivent-ils. « Nous déplorons également le climat de violence dans lequel elle s’inscrit », ajoutent-ils.