Nantes : Sur l’île de Versailles, la Cocotte en verre rouvre en « cantine solidaire »

INITIATIVES Le projet associatif était sorti vainqueur du vote dans le cadre de l'appel à créativité « 15 lieux à réinventer »

Frédéric Brenon

— 

La Cocotte en verre devient une cantine solidaire.
La Cocotte en verre devient une cantine solidaire. — F.Brenon/20Minutes

Plus de trois ans après sa fermeture, l’ancien restaurant La Cocotte en verre entame sa nouvelle vie ce samedi. L’emblématique bâtiment situé à la pointe de l’île de Versailles devient une « cantine solidaire » ouverte à tous, notamment aux habitants du quartier. Le projet associatif, porté par quatre jeunes nantais, avait été retenu par les votes du public invité à se prononcer dans le cadre de l’appel à projets « 15 lieux à réinventer » lancé par la ville.

Accessible tous les jours du lundi au dimanche, c'est un restaurant dont les repas sont préparés et servis par des habitants. Le temps de préparation doit permettre de favoriser les rencontres et échanges. Les clients mangent sur de grandes tablées, donnent un coup de main s’il le faut, et paient le prix qu’ils veulent à la fin.

produits bio et invendus

« L’idée de départ qui nous tenait à cœur, c’était de lutter contre l’isolement et l’anonymat. Notre prix d’équilibre est d’environ 9 euros mais entre ceux qui donneront plus et ceux qui donneront moins, on devrait s’y retrouver », estime Pauline, l’une des quatre fondatrices. Les denrées proviennent de fournisseurs bio locaux mais également de produits invendus récupérés. Les réservations sont ouvertes depuis le site Internet de la Cocotte.

« C’est un pari audacieux qui se concrétise, se félicite Johanna Rolland. C’est un projet collectif, social, qui contribue à meilleur respect de l’environnement : c'est tellement nantais. » La remise en état du bâtiment a coûté environ 300.000 euros à la ville de Nantes

Sept lieux sur 15 déjà ouverts

A l’image de la Cocotte, six autres « lieux à réinventer » sont déjà rouverts. Ils hébergent désormais un lieu de lutte contre gaspillage, un espace d’écriture, un jardin partagé récréatif…Les projets les plus emblématiques ouvriront ces prochaines semaines : une galérie du zéro déchet dans l’ancienne galerie d’art Dulcie (automne), un centre culturel et de rencontres dans l’ancienne salle Bretagne (automne), une champignonnière dans l’ancienne chapelle du Martray (décembre) ou encore une épicerie coopérative, une boutique de créateurs un salon de thé dans les Bains-Douches (automne).