Nantes: Le bilan décevant de la saison 2 de l'ovni culturel Transfert

CULTURE La fréquentation du site rezéen a baissé de 30% en un an malgré une ouverture rallongée

F.B.

— 

Le site culturel de Transfert se trouve près de la zone Atout sud à Rezé.
Le site culturel de Transfert se trouve près de la zone Atout sud à Rezé. — R.Charrier/Transfert
  • La saison 2 de Transfert, aux anciens abattoirs de Rézé, a enregistré une baisse de fréquentation de 30 %.
  • Laurence Garnier, candidate LR à la mairie de Nantes, annonce qu’elle mettra un terme à l’opération si elle est élue.

C’est une sorte d’ovni culturel en plein milieu d’une friche, celle des anciens abattoirs, près de la zone Atout-sud à Rezé. La saison 2 de Transfert s’est achevée dimanche dernier sur un bilan de fréquentation décevant, a révélé jeudi Pick Up Production, l’organisateur. Environ 120.000 visiteurs de tous âges ont fréquenté l’endroit cet été, soit 30 % de moins que l’an dernier.

Le lieu, qui accueille concerts, spectacles et rencontres pour tous types de publics, avait pourtant ouvert ses portes un mois et demi plus tôt qu’en 2018. Mais il a probablement moins bénéficié de l’effet nouveauté et a peut-être été pénalisé par la programmation de spectacles payants (« afin de développer une part d’autofinancement ») et des soirées moins tardives («pour éviter les nuisances sonores »).

Laurence Garnier veut le fermer

Pour autant, l’organisation relève que la fréquentation reste « significative » et souligne la « belle énergie collective et fédératrice, qui rend l’existence utopique de Transfert toujours plus réelle ».

Des arguments qui n’ont visiblement pas convaincu Laurence Garnier, candidate Les Républicains à la mairie de Nantes. Rappelant que le projet a déjà coûté 4 millions d’euros à Nantes métropole, celle qui est aussi vice-présidente du conseil régional en charge de la culture annonce ce jeudi qu’elle « mettra un terme à cette opération » si elle est élue en 2020.

En attendant les élections, Transfert est passé à l’heure d’hiver mais continue de vivre. Un imprimeur indépendant et un atelier d’artistes vont s’y installer. « Le site peut également être amené à recevoir des structures extérieures qui organisent leur propre évènement », ajoute Pick Up Production. Par ailleurs, le festival Hip Opsession Reboot prendra possession des lieux les 11 et 12 octobre.