Nantes: Le Voyage à Nantes ne s'opposera pas aux messages sur ses statues

REVENDICATIONS Des affiches interpellant les autorités sur la disparition de Steve Caniço ou sur l’hébergement des migrants ont été accrochées sur les statues disposées pour le Voyage à Nantes, place Royale

Frédéric Brenon

— 

Les statues de l'artiste Stéphane Vigny, place Royale, dans le cadre du Voyage à Nantes 2019.
Les statues de l'artiste Stéphane Vigny, place Royale, dans le cadre du Voyage à Nantes 2019. — S.Salom-Gomis/Sipa

Depuis quelques jours, les 700 statues installées sur la place Royale dans le cadre du Voyage à Nantes deviennent le support de messages et revendications. Des affiches sur lesquelles ont été inscrites « Où est Steve ? », en référence à ce jeune homme tombé dans la Loire après une intervention policière le soir de la fête de la musique, ont d’abord été accrochées sur les sculptures.

Puis, samedi, ce sont des pancartes interpellant les pouvoirs publics sur la mise à l’abri des migrants qui ont habillé à leur tour les statues. Qu’en pense le Voyage à Nantes ?

« L’artiste ne voit pas d’inconvénient »

« Notre premier réflexe a été d’enlever les messages, reconnaît Jean Blaise, patron de l’événement culturel estival nantais. Puis ils sont revenus et on a interrogé l’artiste, Stéphane Vigny. Il pense que cette œuvre est là pour provoquer et il ne voit pas d’inconvénient à ce qu’elle soit support de messages. Donc on a décidé ensemble de laisser faire. Ça fait partie de l’enjeu de l’espace public qui appartient à tout le monde. »

Des affiches «Où est steve» sur les statues de l'artiste Stéphane Vigny présentées dans le cadre du Voyage à Nantes.
Des affiches «Où est steve» sur les statues de l'artiste Stéphane Vigny présentées dans le cadre du Voyage à Nantes. - S.Salom-Gomis/Sipa

Ce n’est donc pas le Voyage à Nantes qui a retiré les pancartes de soutien aux migrants ce lundi ? « Non. Ce n’est pas Nantes métropole non plus. Ce sont des individus, probablement des contre-manifestants, qui agissent à leur tour. J’ai l’impression que cette œuvre va vivre de multiples aventures », poursuit Jean Blaise.

« Tant mieux d’une certaine manière »

Cette appropriation inattendue est finalement un gage de succès. « Elle est tellement visible, elle crée tellement de buzz, que c’est bien entendu un lieu d’expression excellent. Et tant mieux d’une certaine manière. Quand elle est réussie, une œuvre crée une perturbation. C’est ce qu’on recherche. On ne peut pas regretter ensuite que l’espace public vous réponde. » La seule limite, selon lui, « c’est la dégradation ou la destruction ». « Si des messages sont injurieux envers des personnes, nous devrons aussi les retirer », ajoute Jean Blaise.

Ce détournement du Voyage à Nantes n’est pas tout à fait une première. L’hiver dernier, des manifestants avaient également affublé d’un gilet jaune la statue « Eloge du pas de côté »​ place du Bouffay. « C’était le même état d’esprit, observe Jean Blaise. Ce n’est pas grave tant qu’on ne porte pas atteinte à l’œuvre. C’est de toute façon mieux que la violence. »