Aéroport de Nantes: Les 24 maires de la métropole répondent à la concertation (sans trop se mouiller)

AEROPORT Les 24 maires expriment des préconisations communes, sans toutefois répondre précisément aux questions posées par la concertation

Frédéric Brenon

— 

Un avion sur le tarmac de l'aéroport Nantes-Atlantique.
Un avion sur le tarmac de l'aéroport Nantes-Atlantique. — JS.Evrard/AFP
  • La concertation sur l’aéroport est ouverte du 27 mai au 31 juillet.
  • Elle consiste à répondre à des options concernant l’avenir de la piste, de l’aérogare, de ses accès et des vols de nuit.
  • Les 24 maires de la métropole ont dévoilé une position consensuelle.

Un peu plus d’un mois après l’ouverture de la concertation publique portant sur le réaménagement de l'aéroport Nantes-Atlantique (laquelle s’achève le 31 juillet), les 24 maires de Nantes métropole ont transmis vendredi un cahier d'acteur aux garants du débat, ainsi qu’un courrier au Premier ministre. Objectif : tenter d’exprimer une position commune sur un sujet particulièrement sensible.

« Imposer des contraintes aux survols »

« Ce projet, nous ne l’avons pas choisi. Au contraire, il s’impose à nous dans toute sa complexité », expriment d’emblée les maires, rappelant qu’ils avaient arbitré par le passé contre le maintien de l’aéroport sur son site actuel. Les élus exigent de la concertation qu’elle soit « transparente » et « exemplaire », c’est-à-dire qu’elle « laisse s’exprimer tous les scénarios ». Y compris celui du transfert de l'aéroport pourtant écarté du débat par la DGAC ? Le texte ne le dit pas clairement. « Chaque avis devra être pris en compte », précise-t-il.

L’ambition pour la future plateforme, qui « doit être mieux accessible », est répétée. « La très forte croissance de son trafic observée depuis des années, sa clientèle inter-régionale, confortent la nécessité de disposer à Nantes-Atlantique d’un aéroport international pour le Grand Ouest. » Une attention aux nombreux habitants exposés aux survols à basse altitude est néanmoins exprimée. « Nous ne ferons pas Notre-Dame-des-Landes à Nantes-Atlantique. Nous souhaitons que ce réaménagement n’aggrave pas les nuisances subies par les riverains. Cela suppose d’imposer des contraintes aux survols, comme par exemple les vols de nuit. »

Pas de préférences exprimées sur les options

Ceux qui attendaient des positionnements clairs resteront sur leur faim. Les 24 maires n’expriment pas de préférences concrètes sur les options mises sur la table par la concertation (piste, aérogare, terminaux, couvre-feu). Ils s’interrogent toutefois sur la remise dans l'axe réglementaire pour les atterrissages par le nord [ILS] « qu’il appartient de démontrer ». De même que sur la proposition d’un nouvel emplacement pour l’aérogare qui basculerait de l’autre côté de la piste et « impliquerait nécessairement la modification des accès routiers mais également en transports en commun ».

« Nous avons la ferme volonté de trouver un consensus sur ce territoire, assure le texte des élus. Nous attendons aussi des engagements sur les compensations : le manque de visibilité ne facilite pas la concertation et l’apaisement. »

Comment participer à la concertation sur l’aéroport ?

Toutes les infos sont à retrouver sur le site Internet de la concertation publique : https://www.reamenagement-nantes-atlantique.fr. Des ateliers participatifs (sur inscription) ont été organisés. Des permanences auront lieu dans les communes de Bouaye, Nantes, Bouguenais et Saint-Aignan-de-Grand-Lieu. Le dossier de concertation est aussi consultable dans toutes les communes riveraines.