Nantes sort du top 20 des villes mondiales du vélo, c'est quoi le problème?

MOBILITE La Cité des ducs ne figure plus dans le classement que vient de diffuser le cabinet danois Copenhagenize

Julie Urbach

— 

Un cycliste sur l'île de Nantes (illustration)
Un cycliste sur l'île de Nantes (illustration) — S.Salom-Gomis/SIPA
  • Réputée comme «vélo friendly», Nantes a disparu du top 20 des villes mondiales cyclables.
  • En cause notamment, la part modale du vélo qui peine à décoller malgré diverses mesures.

Fait-il bon pédaler à Nantes ? De moins en moins à en croire l’index Copenhagenize. Le cabinet danois, qui réalise tous les deux ans le palmarès des 20 meilleures villes cyclables dans le monde, vient d’exclure la Cité des Ducs de son nouveau classement, dominé par Copenhague, Amsterdam et Utrecht. Si Nantes avait déjà perdu dix places (16e) dans l’édition 2017, elle se fait cette fois largement distancer par les Françaises Strasbourg (5e), Bordeaux (6e) et Paris (8e). Alors, y’a-t-il un problème ?

Sur le papier, la Cité des ducs, réputée comme « vélo friendly », semble pourtant répondre à plusieurs des 14 critères de ce palmarès. « Depuis plusieurs années, il y a une volonté politique, un développement des infrastructures, des parkings, un réseau de vélos publics [le service Bicloo] qui se renforce…, reconnaît Clotilde Imbert, directrice de Copenhagenize France. Mais, au bout, il n’y a pas d’augmentation de la part modale [3 % en 2015 sur la métropole]. Ça ne décolle pas. Selon l’Insee, en 2015, seuls 6,2 % des habitants de Nantes se rendent au travail à vélo. Ils sont 11,8 % à Bordeaux. »

« Un peu endormie sur ses lauriers »

Alors que Nantes métropole (qui s’est pourtant distinguée en 2018 dans le baromètre des villes cyclables) s’est fixé l’objectif ambitieux d’atteindre, en 2030, les 12 % de déplacements à vélo, plusieurs axes cyclables permettant de franchir le périphérique ou de relier les communes entre elles sont en cours de réalisation. A la mairie, on assure que de nombreux aménagements, de sécurisation notamment, ont été faits. « Nous allons inaugurer samedi les 2 km de l’ axe Nord-Sud le long de l’Erdre, détaille Thomas Quero, adjoint aux déplacements doux, qui juge cet index « discutable ». Dans les quartiers, beaucoup de choses ont été faites grâce au plan vélo. Ce ne sont peut être pas des projets très visibles, comme ce qui a été fait cours des 50-Otages, mais nous avons avancé. Nous avons aussi réglé ce point de blocage que constituait la rue de Strasbourg. »

A l’association Place au vélo, le bilan est un peu moins rose. Si l’on constate une augmentation du nombre de bicyclettes, on craint déjà une saturation des infrastructures. Les résultats de l’index (que l’asso juge aussi contestable) ont déçu, mais pas tant surpris que ça. « Nantes s’est lancée relativement tôt sur cette question, mais s’est un peu endormie sur ses lauriers, estime Annie-Claude Thiolat, la présidente de l’association. Il y a du travail mais les cyclistes sont victimes d’un compromis permanent, au milieu des piétons et des voitures. Les villes qui sont dans le top 10 sont celles qui ont affiché leur priorité claire au vélo. En réalisant des kilomètres de pistes en site propre par exemple. »

Parkings, signalétique…

Alors qu’un schéma directeur vélo doit être voté d’ici la fin du mandat, que devrait contenir ce plan pour que Nantes retrouve un jour sa place parmi les meilleures villes cyclables au monde ? « Encore plus de parkings sécurisés, davantage de pistes, et une meilleure signalétique pour que chacun ait sa place », répond Brice, qui se rend au travail tous les jours à bicyclette. « Il faut que le réseau gagne en fluidité, car il y a aujourd’hui encore trop de discontinuités, avance Clotilde Imbert, du cabinet Copenhagenize. Mais aussi, en parallèle, une réduction de la part de la voiture, et pas uniquement dans le centre-ville. » A Nantes métropole, en 2015, 55 % des déplacements s’effectuaient au volant d’une voiture ou sur un siège passager.

 

Samedi, 2 km en plus

Les 2 km supplémentaires de l’axe cyclable nord-sud, sur les bords de l’Erdre, seront inaugurés avec des animations samedi à partir de 12h. Nantes Métropole a investi 3,6 millions d’euros dans ces travaux.