Disparition de Steve à Nantes: La police affirme qu'«aucune charge» n'a été menée pour « repousser les jeunes vers la Loire»

FETE DE LA MUSIQUE Le directeur adjoint de la police a pris la défense de la police après l’intervention controversée sur l’île de Nantes dans la nuit de vendredi à samedi

20 Minutes avec AFP

— 

Des pompiers menant des recherches pour retrouver Steve, porté disparu à Nantes depuis la nuit 21 au 22 juin.
Des pompiers menant des recherches pour retrouver Steve, porté disparu à Nantes depuis la nuit 21 au 22 juin. — S.Salom-Gomis/AFP
  • Steve Caniço, 24 ans, est porté disparu depuis sa participation à une soirée techno sur l’île de Nantes.
  • La soirée s’était achevée par des échauffourées après l’intervention de la police.
  • Plusieurs fêtards étaient tombés dans la Loire.

Le directeur adjoint de la police à Nantes a assuré mercredi qu'« aucune charge » n’a été menée pour « repousser les jeunes vers la Loire » lors de la Fête de la musique, marquée par la disparition d'un jeune homme sur fond d'intervention policière controversée. « A aucun moment il n’y a eu de charge de policiers avec pour objectif de repousser les jeunes en direction de la Loire », a déclaré Thierry Palermo, directeur départemental adjoint de la sécurité publique (DDSP) de Loire-Atlantique.

Selon de nouveaux chiffres avancés par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, 11 personnes « et non 14 » comme évoquées préalablement par les autorités, sont tombées cette nuit-là dans la Loire, à l’endroit où se déroulait une soirée techno sur l’île de Nantes, le long du quai Wilson.

« Une riposte dans le cadre de la loi »

Steve Maia Caniço, 24 ans, n’a plus donné signe de vie depuis cette fête qui s’était terminée dans la confusion vers 4h30, quand des échauffourées avaient éclaté entre participants et policiers, venus exiger l’arrêt de la musique comme prévu. Certains participants affirment qu’ils s’étaient retrouvés aveuglés dans un nuage de gaz lacrymogène alors que de nombreux fêtards étaient éméchés, provoquant une « panique » parmi eux et des chutes dans le fleuve.

Thierry Palermo a répondu qu'« aucune charge n’a été organisée » car c’était « matériellement impossible ». « L’enquête dira pour quelle raison certains jeunes ont sauté à l’eau », a-t-il ajouté. Mais pour le chef adjoint de la DDSP, qui avait autorité sur le service d’ordre cette nuit-là, il s’agissait d’une « riposte qui s’inscrit dans le cadre de la loi », rappelant que cinq fonctionnaires, dont l’un « roué de coups à terre », avaient été blessés par des jets de projectiles.

L’IGPN a commencé ses auditions

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a entamé ses auditions mercredi au commissariat central de la police nationale à Nantes, a indiqué Thierry Palermo. Le ministre de l’Intérieur n’a pas écarté que la disparition de Steve Maia Caniço soit « peut-être » liée à cette opération policière controversée, sur laquelle le ministre a dit vouloir faire « toute la transparence ».

Les recherches pour tenter de le retrouver se poursuivaient mercredi.