Nantes: L'automobiliste qui avait tenté de forcer un barrage policier samedi sera jugé

MANIFESTATION Une voiture s'était dirigée brusquement vers un barrage de gendarmes mobiles, samedi dernier, en marge de la manifestation des Gilets jaunes

20 Minutes avec AFP

— 

Des policiers pointent leurs armes de défense sur des manifestants lors de l'acte 26 des «gilets jaunes» le 12 mai à Nantes.
Des policiers pointent leurs armes de défense sur des manifestants lors de l'acte 26 des «gilets jaunes» le 12 mai à Nantes. — S.Salom-Gomis/AFP

Il s’était dirigé brusquement vers les policiers, avant de stopper son véhicule dans un crissement de pneus. L’automobiliste qui avait tenté de forcer un barrage policier samedi après-midi, quai de la Fosse, en marge de la manifestation des « gilets jaunes » a été identifié et interpellé.

L’homme s’est rendu à la gendarmerie à la suite d’une convocation puis a été présenté à la justice jeudi. Son procès a été renvoyé au 26 juin, le prévenu ayant sollicité un délai pour préparer sa défense. En attendant, il a été placé sous contrôle judiciaire, avec interdiction de se rendre à Nantes les samedis.

Les forces de l’ordre avaient sorti leurs armes

La scène avait suscité beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux car au moins deux gendarmes mobiles avaient sorti leur arme à feu, sans en faire usage. L’automobiliste était reparti sans pouvoir être interpellé.

Originaire de Russie et arrivé en France en 2012, ce père de deux enfants réside à Indre, une commune de la métropole nantaise. Il avait été condamné dans son pays à une peine de trois ans pour détention d’arme sans autorisation. Il venait de passer son permis de conduire français… après avoir écopé, en janvier, d’une amende pour conduite sans permis.

Samedi dernier, il y a eu 26 interpellations samedi à Nantes à l’occasion de l’acte 26 des « gilets jaunes », d’après la préfecture. La manifestation a attiré entre 2.000 et 3.000 personnes. Du mobilier urbain et des vitrines ont été brisés en centre-ville et à proximité de la gare maritime. Un journaliste de télévision a également été touché par un tir de LBD de la police au niveau du cours des 50-Otages. Il a été légèrement blessé.