Nantes: Enquête ouverte après de nouveaux coups de feu à Nantes

FAITS DIVERS Des traces d'impact de balles ont été retrouvées sur un immeuble du quartier Beaulieu. Aucun blessé n'est recensé

20 Minutes avec AFP

— 

Une voiture de police en intervention (illustration).
Une voiture de police en intervention (illustration). — Clément Follain / 20 Minutes

Une enquête a été ouverte après que des coups de feu eurent été tirés dans la nuit de lundi à mardi sur l’île de Nantes, non loin de l’hôtel de région, sans faire de blessé, a-t-on appris mardi auprès du parquet de la ville touchée récemment par une série de fusillades. « Il y a eu des coups de feu cette nuit (lundi à mardi) à Beaulieu », a déclaré à Pierre Sennès, procureur de la République, confirmant une information de Presse Océan.

Pas de lien avec les faits précédents, pour l’heure

« On a retrouvé des traces d’impact de balles sur l’entrée d’un immeuble, ce sont les seuls éléments qui ont pour l’instant été constatés. On n’a pas de personne blessée, on n’a pas de témoignage, pour l’instant ça reste extrêmement vague », a-t-il ajouté.

Une enquête a été ouverte par le parquet afin d’éclaircir les circonstances dans lesquelles ont été tirés ces coups de feu. « Tous ces faits sont traités avec beaucoup de vigilance » mais « il n’y a aucun élément qui permet de les rattacher à la série de coups de feu » qui a touché plusieurs quartiers fin avril, a souligné Pierre Sennès.

Des fusillades depuis Pâques

Un homme 24 ans, employé dans un bar à chicha de la rue du Maréchal-Joffre, dans le centre de Nantes, avait été tué par balles dans la nuit du 22 au 23 avril. Ce drame s’inscrivait dans une succession de fusillades qui avaient eu lieu pendant le week-end de Pâques dans les quartiers de Bellevue, Dervallières et du Breil, selon la préfecture de Loire-Atlantique, faisant six blessés par balles. Quelques jours plus tard, une marche contre «la guerre des quartiers», sur fond de trafic de drogue, avait mobilisé 500 personnes.

Le 1er mai, trois personnes originaires de Nantes ont été mises en examen, dont deux pour tentative de meurtre commis en bande organisée, dans le cadre de l’enquête sur ces fusillades.