Le cours Saint-Pierre, à côté de la cathédrale, à Nantes.
Le cours Saint-Pierre, à côté de la cathédrale, à Nantes. — F.Brenon/20Minutes

URBANISME

Nantes: Et si on verdissait les cours Saint-Pierre et Saint-André ?

L'idée de végétaliser les cours plairait à de nombreux Nantais. Mais des contraintes se posent, notamment la présence saisonnière de la fête foraine

Ils avaient été aménagés au milieu du XVIIIe siècle comme une promenade publique reliant la Loire à l’Erdre et entourant la place d’armes (actuelle place Maréchal-Foch). Malgré leur caractère historique, les cours Saint-Pierre et Saint-André ne font plus forcément l’unanimité à Nantes. Quand on interroge les habitants, qu’ils soient riverains ou visiteurs, beaucoup jugent l’ensemble « trop vide », « poussiéreux », voire carrément « laid ». « Les familles n’y viennent pas, les touristes non plus. A part les boulistes, c’est un endroit qu’on ne fait que traverser », déplore Jean-Yves, dont les fenêtres donnent sur le cours Saint-André. Et si on verdissait tout ça ? L’idée a de nombreux partisans.

« Le potentiel est extraordinaire »

« Un jardin, des arbres, des bancs, une fontaine, ça changerait tout » est convaincue Marlène, utilisatrice du parking souterrain. Aïssatou aimerait « des fleurs ». Grégoire, lui, imagine des « grandes pelouses, comme en Angleterre ». Les élus de droite sont également pour. « On a refait le square du Maquis-de-Saffré, le quartier de la gare est en cours de travail, et, entre les deux, on a cet espace assez moche qui est déserté, regrette Julien Bainvel, conseiller municipal d’opposition. Si on veut que les gens viennent s’y détendre, il faut verdir. La nature en ville, c’est mieux quand on la voit. » « Le potentiel est extraordinaire. Ça pourrait faire une connexion verte qui n’existe pas aujourd’hui », confirme un cadre de la mairie.

Le cours Saint-André, au-dessus du parking souterrain Cathédrale, à Nantes.
Le cours Saint-André, au-dessus du parking souterrain Cathédrale, à Nantes. - F.Brenon/20Minutes

Interpellée sur le sujet lors du conseil métropolitain du 10 octobre, Johanna Rolland avait déclaré n’y être « absolument pas opposée, sur le principe ». Mais avait émis un sacré bémol. « Il y a des contraintes qui se posent. Qu’est-ce qu’on ferait de la foire par exemple ? C’est un moment populaire auquel les Nantais sont attachés. » La fête foraine, qui occupe le cours Saint-Pierre deux mois par an (comme en ce moment) et Saint-André un mois par an, c’est bien là le hic. Les cours servent aussi, parfois, à l’accueil d’autres manifestations (courses à pied, patinoire…) ou de renfort de stationnement​.

La fête foraine de Nantes (illustration).
La fête foraine de Nantes (illustration). - F.Elsner/20Minutes

« La foire sur l'île de Nantes, voire à la Beaujoire, ça s'étudie »

« Des événements, en dehors de la foire, il n’y en a pas beaucoup, constate Julien Bainvel. On trouverait facilement des solutions. La foire pourrait aller sur l’île de Nantes voire à la Beaujoire. C’est plus compliqué mais ça s’étudie. » Un élu de la majorité confirme que le parc des Chantiers, près des Nefs, aurait la « capacité d’accueillir tout ou partie de la foire ». « Mais il faut voir si ça ne gêne pas l’activité des Machines, tempère-t-il. Surtout, on ne sait pas comment réagiraient les forains. C’est sensible. » La mairie du Mans ne dira pas le contraire. « Il y a déjà eu, par le passé, des demandes pour déplacer la foire en périphérie. Ça n’a jamais été la volonté de la municipalité de Nantes », rappelle Alain Robert, adjoint à l’urbanisme.

Reste l’hypothèse d’aménager un seul des deux cours avec de la végétation transitoire (gazon de plaquage, plantations en pots…). « Le Seve (service des espaces verts) a montré avec Quai des plantes qu'il savait faire », souligne-t-on dans l’entourage du maire. Sollicitée par 20 Minutes, la ville de Nantes précise bien qu’il n’y a « pas d’étude en cours » à ce sujet.