Nantes: La compagnie Transavia n'en finit plus de décoller sur la base nantaise

AEROPORT La compagnie a fêté ce jeudi matin son 3 millionième passager depuis son arrivée à Nantes en 2010

David Phelippeau

— 

Un avion de la compagnie Transavia.
Un avion de la compagnie Transavia. — Transavia

Transavia n’arrête pas de grandir à Nantes. La filiale low-cost d’Air France-KLM aura deux nouveaux avions (de trois en 2018 à cinq en 2019) et six nouvelles destinations en 2019 : Budapest, Copenhague, Santorin, Palerme, Mykonos et Tunis. « Ici à Nantes, il y a un vrai dynamisme, se félicite Nicolas Hénin, directeur général adjoint commercial Transavia France. Il y a une croissance forte pour le marché low-cost en France de manière générale, la région nantaise est la région où ça croît le plus fort. »

Deux chiffres symbolisent ce développement grandissant de Transavia dans la cité des Ducs : « On fête aujourd’hui [ce jeudi] notre trois millionième sur la base nantaise depuis notre arrivée en 2010. Mais, rien que sur l’année à venir, on aura un million de sièges à la vente… L’accélération est très forte ici et plus qu’à Lyon [Transavia est aussi basé à Lyon et Paris-Orly]. »

Robin, Normand, trois millionième passager

Ce jeudi, c’était Robin (24 ans), originaire de Saint-Lô en Normandie, le grand chanceux du jour. Le trois millionième passager de Transavia atterrissait tout juste d’un séjour à Rome avec sa compagne Marine que la compagnie lui a offert un billet aller/retour pour deux personnes, vers la destination de son choix.

« C’est pourtant la première fois que je voyageais sur Transavia, avouait Robin, un peu gêné et tout surpris de devoir faire face à plusieurs micros. J’ai beaucoup de chance oui… »

On a oublié de demander à Robin (à qui une valise verte a été offerte) s'il était fan de l'AS Saint-Etienne...
On a oublié de demander à Robin (à qui une valise verte a été offerte) s'il était fan de l'AS Saint-Etienne... - D.P. / 20 minutes