Nantes: «Johanna Rolland est incapable de piloter cette ville», allume la droite

POLITIQUE L'opposition municipale reproche à la maire de Nantes son « manque de vision », son « manque d'influence » et son « isolement »

F.B.

— 

Guillaume Richard et Julien Bainvel, conseillers municipaux (LR) à Nantes.
Guillaume Richard et Julien Bainvel, conseillers municipaux (LR) à Nantes. — F.Brenon/20Minutes

« Il n’y a rien de personnel contre elle. Mais Johanna Rolland est incapable de piloter cette ville, incapable de gérer les dossiers. Jean-Marc Ayrault, lui, avait une vision. » Julien Bainvel et Guillaume Richard n’y vont pas par quatre chemins. A l’occasion d’une conférence de presse mercredi, les deux élus d’opposition (Les Républicains) ont vivement critiqué les cinq premières années de mandat de la maire PS de Nantes. En particulier l’exercice 2018, qu’ils jugent « catastrophique ».

« Sur le dossier du nouveau stade, sur la gestion des migrants, il n’y a eu aucune cohérence, aucune vision. On a aussi eu des grèves avec le personnel du périscolaire, avec la Semitan, avec les bibliothèques, avec les agents chargés des ordures ménagères… On n’avait jamais connu ça à Nantes. On peut ajouter l’absence de compensation après Notre-Dame-des-Landes, une  dotation de policiers nationaux insuffisante. Vraiment, il y a de quoi être inquiet. »

« La qualité de vie dégringole »

Les deux opposants de droite précisent leurs reproches. « Le premier problème vient de sa majorité qui n’est pas claire, estime Julien Bainvel. Johanna Rolland ne parvient pas à mettre tout le monde d’accord. Elle se retrouve à zigzaguer et à prendre seule des décisions. On l’a bien vu avec le stade. »

« Elle a aussi un problème d’influence, ajoute Guillaume Richard. L’Etat, pour investir localement, a besoin de cohérence et de poids politique. Sur la question de l'aéroport, par exemple, elle a été inaudible. Paris ne nous prend pas au sérieux. Je suis persuadé qu’à Lyon ils ont obtenu ce qu’ils voulaient. » En conséquence, « l’image de la ville est écornée », « la qualité de vie dégringole », considèrent-ils.

Quelques réussites notables

Virulente, la droite reconnaît toutefois quelques réussites à la majorité municipale : la nouvelle gare, le musée d’arts, le nouveau MIN… « Mais ces projets avaient été lancés avant le mandat », ironisent Guillaume Richard et Julien Bainvel. Le plan écoles, la mise en place des caméras de vidéoprotection, ou l’ouverture des commerces certains dimanches recueillent également leur approbation.

Sans dévoiler véritablement de propositions, les deux élus indiquent être « au travail » et « en ordre de marche » derrière Laurence Garnier (LR) pour l’élection municipale 2020. Leur chef de file n’était pas présente à la conférence de presse, préférant sans doute confier à d’autres le costume du sniper.