Nantes: Les 24 maires de la métropole demandent l’interdiction des vols de nuit

AEROPORT Après plusieurs mois de négociations, Nantes Métropole accepte de réclamer l’interdiction des vols entre minuit et 6h...

Frédéric Brenon

— 

Un avion se pose sur l'aéroport Nantes-Atlantique en survolant la commune de Saint-Aignan-de-Grandlieu
Un avion se pose sur l'aéroport Nantes-Atlantique en survolant la commune de Saint-Aignan-de-Grandlieu — Fabrice Elsner/20MINUTES
  • Les maires de la métropole vont demander à l’Etat d’interdire les atterrissages et décollages d’avions entre minuit et 6h.
  • La mesure, réclamée de longue date par les riverains de l’aéroport, n’emballait pas tous les élus, ni les chefs d’entreprise.
  • Les associations de riverains espéraient une interdiction entre 22h30 et 6h.

Il aura fallu plusieurs mois de négociations, mais ça y est. Les 24 maires de Nantes métropole sont tombés d’accord : ils demandent officiellement l’interdiction des vols de nuit, entre minuit et 6h, à l’aéroport Nantes-Atlantique. La mesure, qui doit désormais être validée par l’État, permettrait aux riverains de ne pas être réveillés par le bruit de la vingtaine d’avions, en moyenne, atterrissant ou décollant quotidiennement pendant cette plage horaire. Une exception est toutefois permise : les atterrissages en cas de retard pour les avions des compagnies aériennes basées à l’aéroport (Air France, Volotea, EasyJet, Transavia).

Compromis sur le développement économique

Ce « consensus pour le territoire » a été obtenu après des échanges avec les acteurs économiques et la direction de l’aéroport. Il n’était pas évident car les chefs d’entreprise craignaient qu’une interdiction des vols de nuit restrictive bride l’attractivité de l’aéroport Nantes-Atlantique et freine le développement économique de l’agglomération nantaise.

Une vision partagée par plusieurs élus, dont Johanna Rolland, maire de Nantes. « Les habitants ont besoin de protection mais aussi d’emplois, déclarait l’élue socialiste en juillet dernier. Et je ne connais aucune politique d’emploi qui ne passe pas par le développement économique. »

Les riverains réclamaient 22h30-6h

La pression grandissante des riverains et élus des communes survolées (Bouguenais, Saint-Aignan-de-Grandlieu, Rezé…) a finalement abouti à un compromis. « C’est un strict minimum puisque nous demandions une interdiction totale entre 22h30 et 6h, commente Joël Sauvaget, président du collectif des citoyens exposés au trafic aérien (Coceta). Les perturbations du sommeil ont des conséquences néfastes sur la santé, notamment sur les maladies cardiovasculaires. Il est urgent de protéger les populations. »

La demande d’interdiction nocturne entre minuit et 6h complète une autre interdiction décidée en septembre par la Direction générale de l’aviation civile (DGAC) : les modèles d’avions les plus bruyants ne pourront plus desservir l’aéroport entre 23h et 6h, à partir du 31 mars. Cette catégorie ne représente toutefois qu’une petite minorité des appareils atterrissant ou décollant de Nantes-Atlantique la nuit.