Loire-Atlantique: Elle harcèle les gendarmes de milliers de coups de téléphone

FAITS DIVERS Une femme de 39 ans s’est encore signalée mercredi soir en inondant d’appels le 17…

F.B.

— 

Illustration d'une femme utilisant un smartphone. 26/03/12 Toulouse
Illustration d'une femme utilisant un smartphone. 26/03/12 Toulouse — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

Les gendarmes de Loire-Atlantique n’en peuvent plus. Mercredi soir de 21h à 1h30, une femme de 39 ans, habitante de Bouguenais, a passé pas moins de 152 appels au numéro d’urgence 17 à savoir le centre opérationnel de la gendarmerie (COG) de la Loire-Atlantique soit en moyenne et environ un appel toutes les 1 minute 45 ! Cette mère de famille, qui explique avoir besoin de briser sa solitude, n’en était pas à son coup d’essai puisqu’elle avait déjà été condamnée plusieurs fois pour des faits similaires.

Déjà condamnée en mars

En mars dernier, elle avait écopé de cinq mois de prison ferme (peine aménageable) pour avoir téléphoné 4.149 fois, sans motif réel, aux gendarmes de Bouguenais, Rezé et Bouaye entre le 1er octobre et la mi-janvier 2018. Entre août 2016 et le 9 juin 2017, il avait été recensé 1.200 coups de fil à la gendarmerie. Enfin, une nouvelle plainte avait été déposée par la gendarmerie en novembre 2018 où elle avait encore passé une cinquantaine d’appels.

On pourrait en rire mais la gendarmerie rappelle que ce type de comportement « nuit à la capacité opérationnelle de cette unité en bloquant une ligne d’appel d’urgence ». « Le 17 est à composer lorsque vous êtes en danger ou que vous constatez que quelqu’un est en danger (violences, agression, vol à l’arraché, cambriolage…) », insiste-elle.