Rue d'la gouaille derrière les barreaux

David Prochasson - ©2008 20 minutes

— 

La musique adoucit les rencontres. Fidèle à sa volonté d'échanger avec le public, les musiciens de Rue d'la gouaille était hier au centre de détention de Nantes. Pendant près de deux heures, le groupe nantais a répété un de ses titres avec huit musiciens détenus. « C'est une bouffée d'air, explique Maurice, pianiste amateur. Mais ce n'est pas une parenthèse : la rencontre intervient dans la continuité d'un travail hebdomadaire. » Aujourd'hui, chacun des deux groupes jouera son répertoire lors d'un concert, avant de reprendre à l'unisson la Carmeline. « On s'apporte mutuellement, estime Karim Bennani, percussionniste. Pour nous, cette expérience interroge notre fonction. Plus qu'apporter un bien de consommation, le musicien est censé créer du lien social. »