Nantes: Six dépôts de plainte pour violences policières lors des dernières manifestations

GILETS JAUNES Quatre hommes et deux femmes portent plainte pour avoir été blessés par les forces de l'ordre...

Frédéric Brenon

— 

Stéphanie, belle-mère d'Adrien, gravement blessé lors de la manifestation du 29 décembre, a pris la parole devant le palais de justice.
Stéphanie, belle-mère d'Adrien, gravement blessé lors de la manifestation du 29 décembre, a pris la parole devant le palais de justice. — F.Brenon/20Minutes
  • Six personnes ont porté plainte contre X jeudi après avoir été blessées lors de manifestations.
  • Tous disent avoir été victimes de tirs de lanceurs de balle de défense.
  • L’un d’entre eux souffre d’un important traumatisme crânien.

 

Ils se présentent comme des « gilets jaunes » ou de simples manifestants. Quatre hommes et deux femmes se sont déplacés ensemble au tribunal de grande instance de Nantes, ce jeudi après-midi, après avoir été blessés « par les forces de l’ordre » au cours des manifestations des dernières semaines à Nantes. Assistés par deux avocats nantais, ils ont déposé plainte contre X pour des faits de « violences volontaires avec arme par personne dépositaire de l’autorité publique ».

Fractures, hémorragies, hématome…

Parmi eux, Guillaume, 32 ans, raconte avoir eu la main fracturée par un tir de lanceur de balle de défense (LBD) le 8 décembre, près de la rue Kervégan. Son incapacité totale de travail (ITT) s’élève à 45 jours. Boulanger de formation, il s’inquiète ne « pas retrouver l’usage complet » de sa main. Philippe, 32 ans, a été victime d’une « hémorragie interne » consécutive à une « fracture de la rate » après un tir similaire le même jour. Encore choqué et affaibli, il pense « avoir vu la mort passée pas très loin ». Caroline, 25 ans, souffre d’un « hématome profond » au genou depuis un tir de LBD le 22 décembre. Cette étudiante en sport, craint pour son articulation « déjà opérée par le passé ».

Adrien, 22 ans, est le plus touché des six. Ce Nazairien a été frappé en pleine tête par un projectile (un tir de flashball selon sa famille), cours des 50-Otages, pendant la manifestation des « gilets jaunes » du 29 décembre. Bilan : fracture crânienne, fracture de la mâchoire, fracture de l’orbite, hémorragie cérébrale. Opéré en urgence au CHU, il vient de sortir de l’hôpital mais ne peut envisager de retravailler « avant six mois ».

« Ça ne devrait pas être dangereux de manifester »

Tous affirment avoir été blessés « sans justification ». Certains, comme Guillaume ou Philippe, disent qu’ils marchaient « à quelques mètres du cortège ». Adrien faisait face aux policiers mais aurait été visé « à un moment où il leur tournait le dos », selon ses soutiens. Il aurait ensuite été « frappé à terre alors qu’il gisait dans son sang », avance sa belle-mère, Stéphanie. « Il n’était pas là pour casser. Ça ne devrait pas être dangereux de manifester », s’indigne-t-elle.

Le procureur de la République a saisi l’IGPN, la police des polices, pour faire la lumière sur l’origine des blessures d’Adrien.

Adrien a été blessé lors de la manifestation du 29 décembre à Nantes
Adrien a été blessé lors de la manifestation du 29 décembre à Nantes - JF Monier/ AFP

« Ce n’est pas la première fois qu’on dénonce ce type de violences, rappelle Pierre Douillard, l’un des porte-paroles du collectif “l’assemblée des blessés”. Même utilisées légalement, certaines armes, comme le LBD 40, peuvent très bien briser un organe ou tuer. »

Des policiers également blessés

Les dernières manifestations en centre-ville de Nantes ont été marquées par des heurts. Plusieurs policiers ont été blessés, notamment lors des manifestations des 8 et 15 décembre. Du mobilier urbain et plusieurs vitrines ont été brisés par des casseurs.

Un appel à manifester est lancé pour samedi, 13h, en centre-ville de Nantes, à l’occasion de l’acte 9 des « gilets jaunes ».