Nantes: Jugées et relaxées pour avoir déposé des restes de lacrymo devant la préfecture

NOTRE-DAME-DES-LANDES Deux militantes étaient poursuivies pour des dépôts de détritus sur le parvis de la préfecture de Loire-Atlantique…

F.B.

— 

Des représentants de la ZAD déversent des centaines de capsules lacrymogènes devant la préfecture.
Des représentants de la ZAD déversent des centaines de capsules lacrymogènes devant la préfecture. — F.Brenon/20Minutes

Elles ont évité la condamnation. Deux militantes de la lutte contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes comparaissaient ce mardi matin devant le tribunal de police de Nantes pour avoir déposé des détritus sur le parvis de la préfecture de Loire-Atlantique le 19 avril 2018. Il s’agissait en effet de centaines de douilles de grenades lacrymogènes ramassées sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes lors de l'opération d'expulsion menée par les gendarmes mobiles.

Deux femmes poursuivies

Ce 19 avril, plus d’une dizaine de militants avaient participé au dépôt des douilles, revendiqué comme un « acte politique » visant la préfète, donneuse d’ordre. Mais seules deux femmes, une jeune agricultrice et une retraitée, étaient poursuivies ce mardi. Une petite manifestation de soutien était d’ailleurs organisée devant le palais de justice.

Compte tenu des dégâts modérés et de la difficulté d’établir leur participation active aux faits, elles ont finalement été relaxées par le tribunal.