Echanger son temps avec toit

Mathilde Macé - ©2008 20 minutes

— 

Louise, 20 ans, vit sous le toit de Denise Borgne, 75 ans, depuis un an. Les deux femmes se sont connues grâce à l'association nantaise Le Temps pour toit. Elle permet à de jeunes étudiants ou salariés d'être logés gracieusement en échange d'un peu de temps ou de services rendus. « L'idée est de créer une relation conviviale entre l'hébergeur et l'hébergé », explique Nicole Rochier, cofondatrice de l'association depuis 2005. Elle essaie de former des binômes compatibles, avant d'organiser une rencontre. Louise et Denise font partie des cent duos qui ont tenté l'expérience cette année.

Parfois famille avec enfants, les hébergeurs sont la plupart du temps des personnes âgées. « Elles ont souvent besoin d'une présence rassurante, qu'on aille leur faire quelques courses ou qu'on leur lise le journal à voix haute... », détaille Nicole Rochier. « Le soir on se raconte des petites anecdotes, témoigne Louise, qui rentre chez elle pour les vacances d'été. Mais je ne me suis jamais sentie obligée. Vivre chez Mme Borgne m'a fourni un certain équilibre. Elle a porté un regard bienveillant sur moi. C'est une chance, quand on est étudiant, de disposer d'autant d'espace et d'un jardin. »

L'étudiant paye les frais d'usage du logement, comme l'électricité, ainsi qu'une cotisation qui va de 300 euros à 800 euros, nécessaire pour pérenniser l'activité de l'association. Le Temps pour toit s'adapte à l'évolution des demandes, de plus en plus nombreuses. Celles des hébergeurs vont vers le maintien à domicile, celles des hébergés vers des périodes de courtes durées.