Loire-Atlantique: Les élus du département disent «non» au rattachement à la Bretagne

REUNIFICATION Invité à se prononcer ce lundi, le conseil départemental a voté contre un départ de la Loire-Atlantique de la région Pays de la Loire…

Frédéric Brenon

— 

L'assemblée du conseil départemental de Loire-Atlantique
L'assemblée du conseil départemental de Loire-Atlantique — F.Brenon/20Minutes
  • Les 62 élus de Loire-Atlantique étaient invités à se prononcer sur un rattachement à la région Bretagne.
  • Le « non » l’a emporté par 30 voix contre 13.
  • Les élus se sont, par ailleurs, prononcés en faveur d’un « référendum décisionnel » organisé par l’Etat.

Sollicité par le président socialiste Philippe Grosvalet, lui-même interpellé par une pétition de 103.000 signataires, le conseil départemental de Loire-Atlantique s’est prononcé ce lundi matin contre un rattachement du département à la région Bretagne. Après deux heures de débat, les conseillers départementaux ont en effet dit « non » (30 voix à 13) à une éventuelle modification des frontières régionales.

« Nous préférons l’unité des deux régions Pays de la Loire et Bretagne à la désunion de l’une au profit de l’autre », argumente Freddy Hervochon (PS). Une vision « partagée » par plusieurs élus, dont Yannick Haury (DvD) et Danielle Rival (LR). « Si Nantes est à l’évidence bretonne, elle est aussi ligérienne et vendéenne, estime Pascal Bolo (PS). Aucun territoire qui la borde ne peut se l’approprier. » Le rattachement est « principalement motivé par des éléments culturels ou historiques », déplore Bernard Gagnet (PS) qui se « méfie du repli identitaire ». « L’histoire peut simplement être prolongée dans les livres ou dans des cours », ajoute Karine Paviza (SE).

Jérôme Alemany (PS), lui, a voté pour le rattachement. « Nous pourrions avoir des coopérations beaucoup plus riches, justifie-t-il. La culture bretonne pourrait être mieux reconnue. » Alain Robert (PS) refuse le « statu quo de deux régions pas à l’aise dans leurs limites géographiques. » « La marque Bretagne est reconnue internationalement. Nous aurions beaucoup à gagner », confirme Yannick Bigaud (DvD). « Nous avons une culture commune », considère, elle aussi, Danielle Cornet (DvG), laquelle s’interroge toutefois sur « le projet qu’on veut derrière ».

Un référendum décisionnel demandé par les élus

Comme le prévoit le « droit d’option » de la loi NOTRe, il fallait que les trois collectivités concernées (département de Loire-Atlantique, région Pays de la Loire et région Bretagne) adoptent chacune, à une majorité des 3/5e de leurs membres, la modification des frontières pour que celle-ci puisse être présentée à l’Etat. Cette condition n’ayant pas été atteinte ce lundi, le processus est déjà stoppé.

Toutefois, la perspective d’une réunification de la Bretagne historique n’est pas encore définitivement enterrée. Car les élus du conseil départemental de Loire-Atlantique se sont également prononcés ce lundi, à une très large majorité, en faveur de la tenue d’un « référendum décisionnel » organisé par l’Etat. C’est-à-dire une consultation des électeurs dont la décision ne comptera pas pour du beurre, a contrario de ce qu’il s’était passé pour Notre-Dame-des-Landes.

Une demande en ce sens avait déjà été transmise à l'Elysée en fin de semaine dernière. Reste à savoir si l’Etat y donnera suite.

Pas de consultation en Loire-Atlantique sans garantie

Devant l’entrée du conseil départemental, une trentaine de militants pro-rattachement ont manifesté ce lundi contre le vote des élus de Loire-Atlantique qu’ils considèrent « volé à la population ». Ils réclament en effet une consultation directe des électeurs de Loire-Atlantique sur ce sujet.

Ce que refuse Philippe Grosvalet compte tenu du précédent Notre-Dame-des-Landes. « Nous ne pouvons pas demander aux citoyens de se déplacer pour voter s’il n’y a aucune garantie que ce vote soit décisionnel », insiste le président du département de Loire-Atlantique, soutenu par une large majorité d’élus.