Le bras de fer continue au port

Frédéric Brenon - ©2008 20 minutes

— 

Deux jours après le vote de la loi organisant la réforme des ports français, 200 agents du Port Autonome de Nantes-Saint-Nazaire ont mené hier des nouvelles actions de protestation contre la privatisation du personnel et des activités de manutention. En grève, les agents ont bloqué les accès aux sites portuaires de Montoir-de-Bretagne et de Cheviré. « La table ronde avec le ministre Dominique Bussereau a montré que les négociations sur l'application de l'accord-cadre n'étaient pas rompues, estime Yves Tual, de la CGT. Notre mobilisation est longue et difficile mais nous ne lâcherons pas maintenant car elle va finir par porter ses fruits. J'ai bon espoir qu'une solution soit trouvée ces prochains jours. »

Du côté du port, on espère aussi que la fin du mouvement est proche. Quelque 450 000 t de marchandises n'ont en effet pu être acheminées depuis le début du conflit, soit un préjudice estimé à 1,6 million d'euros. « L'économie régionale est prise en otage, s'alarme Pascal Freneau, porte-parole du port autonome. Les filières qui dépendent de nos livraisons sont gravement touchées. Il faut vraiment qu'il y ait un retour à la raison. »