Pas de relaxe pour la médecine douce

Guillaume Frouin - ©2008 20 minutes

— 

Coupable, mais dispensé de peine. Un étiopathe de 36 ans a été condamné hier à Nantes pour « exercice illégal de la profession de médecin ». Mathieu B. avait notamment fait faire une radio des dents à l'une de ses clientes, venue le voir pour des maux de tête, et lui avait même prescrit l'arrachage d'une dent de sagesse. Un domaine réservé aux médecins, ce qu'il n'est pas : sa discipline, censée « soulager la souffrance » par la manipulation des organes, n'est ni réglementée ni reconnue.

A la barre du tribunal, l'intéressé fait ainsi dans la nuance. « Je ne l'ai pas prescrit, je lui ai simplement conseillé d'aller voir un dentiste », explique-t-il au président. « C'est une audience de jeux de mots, voire de sophismes », s'agace le procureur de la République, qui réclame trois à six mois de prison avec sursis à l'encontre de l'étiopathe. Celui-ci, qui a fermé son cabinet de l'île de Nantes en juillet 2006, exerce désormais à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire).

« L'étiopathie, de la même manière que les rebouteux, n'est pas interdite », poursuit le magistrat. « Seulement, monsieur a été peut-être un peu plus audacieux que ses collègues. Si la médecine est réglementée, c'est pour la protéger du charlatanisme. »