VIDEO. Les élus de Loire-Atlantique voteront le 17 décembre sur le rattachement à la Bretagne

REUNIFICATION Le conseil départemental de Loire-Atlantique annonce qu'il se prononcera officiellement sur la question d'un changement de région...

Frédéric Brenon
— 
Manifestation pour le rattachement du département de Loire-Atlantique à la région Bretagne à Nantes le 28 juin 2014.
Manifestation pour le rattachement du département de Loire-Atlantique à la région Bretagne à Nantes le 28 juin 2014. — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA
  • L'association Bretagne réunie avait déposé une pétion de 100.00 signatures favorables à une consultation sur le rattachement.
  • Les élus de Loire-Atlantique se prononceront officiellement le 17 décembre.
  • Les élus du conseil régional de Bretagne devraient faire de même.

Mardi, l’association Bretagne réunie avait déposé au conseil départemental de Loire-Atlantique une pétition de 100.000 signatures réclamant l’organisation d’une consultation sur la question du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. La démarche a retenu l’attention du président du département.

Philippe Grosvalet (PS) annonce en effet ce vendredi avoir décidé que les 62 conseillers départementaux auront à se prononcer officiellement sur ce rattachement lors d’un vote prévu le 17 décembre.

Un processus compliqué

« J’ai entendu la mobilisation citoyenne et je prends mes responsabilités. Rien ne m’y obligeait mais je ne peux pas être insensible à cette demande des habitants », justifie Philippe Grosvalet, qui précise qu’il ne donnera « pas de consigne de vote ».

Si la majorité des élus de Loire-Atlantique devait être favorable à la réunification de la Bretagne historique, cela ne signifierait pas pour autant que ce département changerait illico de région.

Comme le prévoit la loi NOTRe, il faut en effet que les trois collectivités concernées (département de Loire-Atlantique, région Pays-de-la-Loire et région Bretagne) adoptent chacune, à une majorité des 3/5e de leurs membres, la modification des frontières régionales pour que celle-ci puisse être soumise à l’approbation de l’Etat. Et tout cela doit intervenir avant le 1er mars 2019. Un timing serré.

La région Bretagne votera elle aussi

Dans un communiqué, le président du conseil régional de Bretagne, Loïg Chesnais-Girard (PS), s’est félicité ce vendredi de la décision de Philippe Grosvalet et a fait savoir qu’il organisera prochainement, lui aussi, un vote de ses élus. Il rappelle au passage qu’il « s’est toujours prononcé pour la réunification ».

Le conseil régional des Pays-de-la-Loire, lui, n’a, à ce jour, pas exprimé le souhait d’un vote. Mais on le sait plutôt hostile à l’idée de perdre la Loire-Atlantique, son département le plus peuplé et le moteur de sa croissance économique.

Bretagne réunie préfère une consultation populaire

L'association Bretagne réunie ne bondit pas de joie, loin de là. Craignant que les élus amener à se prononcer enterrent rapidement l'idée du rattachement, elle aurait préféré que sa pétition de 100.000 signatures déclenche l'organisation d'une consultation populaire auprès de l'ensemble des électeurs de Loire-Atlantique.

« Comment des élus peuvent-ils vouloir encore confisquer la démocratie en interdisant aux électeurs de voter sur leur avenir alors que de plus en plus de Françaises et de Français se sentent exclus du système ? » s'interroge Bretagne réunie.

Membre historique de la Bretagne, la Loire-Inférieure (ex-Loire-Atlantique) a quitté la Bretagne administrative en 1941. Un découpage confirmé en 1955 avec la création de la région Pays-de-la-Loire.